CHAN 2018 Kenya

Une semaine d’inspection n'aura pas permis à la Confédération africaine de football (CAF) de se déterminer définitivement sur l'état de l'organisation du prochain Championnat d'Afrique des nations de football en janvier par le Kenya.

C'est pour cette raison que la mission continentale de la CAF dirigée par son deuxième vice-président Constant Omari, a décidé de revenir faire un état des lieux à la fin du mois d'août : 'Nous avons eu des garanties que le Kenya va corriger la situation et en fin août on saura ce qui doit être fait', a t-il déclaré tout en confirmant que des plans B existent pour pallier à une éventuelle défaillance du Kenya.

Suite à de sérieux retards dans la réalisation des infrastructures sportives devant servir de cadre à l'évènement, la capacité du pays à faire face à ses engagements est fortement mis en cause malgré les assurances de Monsieur Nick Mwendwa, le président de la Fédération kényane de football : 'il n'y a pas de souci majeur concernant les stades Kasarani (Nairobi) et Kinoru (Mesu)'.

En dépit des assurances données par les autorités kenyannes, trois autres stades prévus pour la cinquième édition du CHAN ne sont pas prêts d'être livrés avant le début de cette compétition regroupant les joueurs évoluant dans les championnats locaux de football.

On peut donc dire que ces informations ne vont pas dans le sens d'une organisation certaine de l’éventuelle d'une Coupe d'Afrique des nations (CAN) en Afrique de l'Est qui, depuis 1976, n'a plus accueilli la compétition phare du football africain. Si le Kenya, l'un de ses pays les plus riches de la sous-région n'arrive même pas à le 'petit frère' de la CAN que constitue le CHAN, quel autre nation est-africaine réussira ?{wbamp-embed type="ad"}