Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables des régions de Mopti (Centre), Tombouctou et Gao (Nord) à travers le renforcement de la résilience de leurs moyens d'existence face aux aléas climatiques et apporter une solution innovante aux irrégularités pluviométriques sont les missions essentielles d'un projet de 18 mois, financé à hauteur de 1,3 milliard de F CFA, par l'ambassade du Royaume de Suède au Mali en partenariat avec l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), a appris la PANA, lundi, de bonne source.

L'ambassade de la Suède au Mali et la FAO ont procédé, en fin de semaine dernière, à la signature, dans les locaux de la FAO à Bamako, du document de mise en œuvre du projet de renforcement de la résilience des populations vulnérables face à la variabilité climatique.

Intervenant lors de la signature du document, l'ambassadeur de Suède au Mali, Eva Emneus a indiqué que 'ce projet répond aux besoins immédiats, mais aussi et surtout aux besoins de capitaliser l'appui humanitaire et de promouvoir des solutions durables à moyen et long terme'.

Elle a rappelé qu'en mars 2018, le gouvernement malien a constaté à travers le cadre harmonisé que 4,3 millions de personnes auront besoin d'assistance humanitaire en 2018 et qu'environ 900 000 personnes seront en insécurité alimentaire sévère, expliquant que le projet sera mis en œuvre de juillet 2018 à décembre 2019 et concernera les régions de Mopti, Tombouctou et Gao. «24 000 personnes bénéficieront du projet et environ 30% du budget seront alloués aux ménages gérés par des femmes», a-t-elle précisé.

Faisant ressortir les innombrables menaces auxquelles font face les pays du Sahel, le représentant de la FAO au Mali, Amadou Allahoury Diallo, a rassuré que sa structure jouera pleinement sa partition afin d'amenuiser les menaces et de soulager les souffrances des populations.

'Ce projet sera une aubaine pour les populations bénéficiaires afin de surmonter les effets des changements climatiques', a soutenu le représentant de la FAO au Mali.

PanaPress