Télécommunications Niger

Avec la libéralisation du secteur des Télécommunications, il y a bientôt deux décennies, le secteur a connu un développement spectaculaire dépassant toutes les prévisions notamment par rapport à la pénétration mobile qui a gagné 43 points en 17 ans, révèle une étude sur la fiscalité du secteur des télécommunications rendue publique vendredi.

Selon cette étude qui a fait l'objet d'un atelier de validation, les statistiques indiquent que 78% des localités du Niger et 89% de la population sont couvertes par le réseau mobile. En plus, 112 communes sur 260 dans les huit régions du pays sont couvertes par la technologie 3G.

'Ces chiffres prouvent à suffisance l'intérêt grandissant que la population manifeste pour l'accès aux télécommunications et TIC', a indiqué le ministre nigérien des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique, M. Sani Maigochi.

Les télécommunications sont reconnues de plus en plus comme un droit fondamental et un facteur indispensable de développement, a souligné M. Maigochi, précisant que des efforts ont été accomplis par l'Etat et ses partenaires afin d'assurer le développement d'une économie numérique contributrice au budget national.

Toutefois, selon les acteurs des télécommunications mobiles, le secteur était fortement fiscalisé et la politique fiscale ne stimule pas le développement de la téléphonie mobile et par conséquent, la croissance économique.

Le ministre Sani Maigochi devait ensuite rappeler que les taxes et redevances réglementaires spécifiques auxquelles les activités du secteur étaient soumises jusque-là sont : la Taxe sur la Terminaison du Trafic International Entrant (Tattie) ; la taxe sur les terminaux mobiles et autres équipements informatiques destinés aux consommateurs ; la redevance sur les cartes SIM et les redevances réglementaires.

Les taxes constituent certes une source de revenus pour l'Etat, cependant un régime fiscal non adapté pourrait affecter le développement de l'ensemble du secteur, a reconnu le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique. C'est d'ailleurs pour cette raison que le ministère a décidé d'examiner les possibilités de réforme fiscale, en vue d'accroître la pénétration des services de télécommunications, tout en préservant les revenus de l'Etat.

PanaPress 10/11/2017

  • Travail des enfants dans l'agriculture

    Après plusieurs années de déclin, le travail des enfants dans le secteur agricole a de nouveau connu une hausse ces dernières années. Une situation qui s'explique par une multiplication des conflits et des catastrophes provoquées par le changement climatique, constate ce mardi l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO).

  • Conférence sur la rémunération des salaires des fonctionnaires

    Un impératif de justice sociale - La Conférence nationale sur la rationalisation du système de rémunération des agents de la Fonction publique répond à un impératif de justice sociale et d'équilibre économique, a déclaré, mardi, le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba.

  • Sécurité alimentaire au centre et au nord du Mali

    Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables des régions de Mopti (Centre), Tombouctou et Gao (Nord) à travers le renforcement de la résilience de leurs moyens d'existence face aux aléas climatiques et apporter une solution innovante aux irrégularités pluviométriques sont les missions essentielles d'un projet de 18 mois, financé à hauteur de 1,3 milliard de F...

  • Marché unique du transport aérien en Afrique

    ECONOMIE - La Banque Africaine de Développement (BAD) poursuit avec ses réflexions en vue de rendre effectif le projet d'un marché unique du transport aérien en Afrique. Ce projet vise à terme à permettre des liaisons aériennes entre les pays de la région, sous les mêmes règlementations et sans restrictions aucune pour les compagnies aériennes de la région.

  • Productivité des petits exploitants au Bénin

    ECONOMIE BENIN - Le Bénin opte pour l'amélioration de la productivité des petits exploitants agricoles, en vue de donner un coup de pouce à ce secteur, apprend-on ce dimanche à Cotonou du ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche.