La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a révélé que les revenus tirés du pétrole et du gaz pour le mois d'août se sont élevés à environ 1,57 milliard de dollars, soit 455 millions de dollars de moins par rapport au mois précédent.

La raison de la baisse des revenus est la persistance de la situation de l'état de 'force majeure' imposé dans les ports pétroliers du Golfe de Syrte au cours de la première quinzaine de juillet, et qui a débuté au cours de la seconde moitié de juin 2018, a indiqué la NOC dans un communiqué publié samedi sur son site internet.

L'état de force majeure est proclamé par la NOC pour ne pas assumer les frais supplémentaires, au cas où elle n'honorerait pas ses engagements de livraison de pétrole brut commandé sur le marché international.

La Compagnie a indiqué que les opérations de production 'étaient également affectées par les problèmes de sécurité dans le champ pétrolier d'al-Charrara (350.000 b/j), qui ont entraîné une perte totale de revenus d'environ 639 millions dollars américains au cours de cette période'.

La NOC s'attend à ce que 'les revenus de septembre reviennent à des niveaux normaux après le début des ventes immédiates de haut niveau atteignant les niveaux de production ciblés'.

Le communiqué indique que la NOC continue de 'demander le déploiement des dispositions budgétaires approuvées et des dépenses réelles, afin de promouvoir le principe de transparence, de renforcer la confiance de l'opinion publique et d'assurer une répartition équitable des revenus pétroliers dans tout le pays'.

La Libye produit actuellement 1,2 million de barils par jour contre 1,8 en temps normal, marquant une reprise des activités pétrolières, malgré l'insécurité régnant dans le pays.

PanaPress