Ressources naturelles

La 16ème réunion du Comité technique régional de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (Cirgl, 12 Etats membres) contre l'exploitation illégale des ressources naturelles, se tiendra à Khartoum, Soudan, du 7 au 10 novembre, a-t-on appris d'un communiqué transmis lundi à la PANA, par le secrétariat exécutif de l'organisation, basé à Bujumbura, la capitale du Burundi.

Les pays membres de la Cirgl sont l'Angola, le Burundi, la Centrafricaine, le Congo, la République démocratique du Congo (Rdc), le Kenya, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud, la Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie.

Les participants à la réunion vont évaluer le statut de mise en œuvre des « six outils » de lutte contre l'exploitation illégale des ressources naturelles dans les Etats membres de la Cirgl, précise la source.

Ces six outils se rapportent au mécanisme de certification régionale, à l'harmonisation des législations nationales, à la base des données sur le flux des minerais, à la formalisation du secteur minier artisanal, à la promotion de l'Initiative de la transparence dans les industries extractives(Itie) ainsi qu'au mécanisme d'alerte rapide.

Des partenaires financiers et techniques dans la mise en œuvre de l'Initiative régionale sur les ressources naturelles (Irrn) font partie des invités à la rencontre de Khartoum, indique le communiqué.

Les membres régionaux du Comité régional, quant à eux, suivront une formation de renforcement des capacités sur les tendances récentes de bonne gouvernance dans le secteur minier, y compris la Vision Minière Africaine (Vma), d'après la même source.

La Vma a été adoptée en février 2009 par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine en tant que cadre visant à encourager une « exploitation transparente, équitable et optimale des ressources minérales pour soutenir une croissance durable » sur le continent.

Dans la réputée riche région de Grands Lacs en diverses ressources naturelles, leur exploitation sauvage et illicite est principalement attribuée aux groupes et autres rébellions armées, comme en République démocratique du Congo.

Au niveau des Etats, c'est la redistribution équitable et transparente des revenus des richesses naturelles ainsi que le rôle des multinationales qui sont généralement en cause.

Au Burundi, le potentiel minier reste encore sous évalué et exploité, notamment pour les gisements de nickel, d'or, de cassitérite, de Wolframite, de Vanadium et de terres rares.

Certaines études indiquent néanmoins que le pays dispose de la deuxième plus grande réserve de Coltan dans la région des Grands Lacs et de 6% des réserves mondiales de Nickel.

Ce n'est que cette année que les premières exploitations industrielles d'or, à Cibitoke, non loin de la frontière burundaise avec le République démocratique du Congo, et de terres rares, dans la partie rurale de Bujumbura ont été officiellement inaugurées.

PanaPress 06 Novembre 2017

  • Zimbabwe: Vers la destitution du Président Mugabe

    La destitution du Président Robert Mugabe est entamé mardi avec le président du Parlement, Jacob Mudenda, en train de lire les règles et règlements du processus, a rapporté la Zimbabwe Broadcasting Corporation (ZBC).

  • Projet de budget 2018 en Tunisie

    La séance plénière de l'Assemblée des représentants du peuple (Parlement) consacrée à l'examen du projet de budget de l'Etat et de la loi de finance 2018 en Tunisie s'est ouverte ce mardi en présence du Premier ministre tunisien, Youssef Chahed.

  • Concours Solar Shark Tank pour les projets d'énergie solaire

    La Banque de développement néerlandaise (FMO) et Access Power, un des principaux concepteurs, propriétaires et exploitants de projets énergétiques au sein des marchés émergents, ont lancé, lundi, le concours 'Solar Shark Tank' 2018, consacré à l'énergie solaire, annonce un communiqué transmis à la PANA.

  • Santé et virus de Marbourg en Ouganda

    Le Corps médical européen, créé par l'Union européenne en 2016 pour répondre aux crises sanitaires, va être déployé en Ouganda où a éclaté une épidémie du virus de Marbourg qui a déjà causé plusieurs morts, a-t-on appris de source officielle à Bruxelles.

  • Programme sur les pertes post-récoltes de la Bad

    Le programme sur les pertes post-récoltes et l'agro-industrie (Post-Harvest Losses and Agro-Processing, PHAP) de la Banque africaine de développement (BAD) a été lancé mardi à Abidjan au cours du dialogue ministériel de haut niveau, a constaté la PANA.