Exportations mangues Mali

Le Mali a exporté, en 2016, plus de 43.285 tonnes de mangues contre 38.799 tonne en 2015, ce qui a rapporté à l'économie malienne plus de 15 milliards de FCFA, a révélé le ministère malien du Commerce, au cours d'une rencontre statutaire du Comité de pilotage du Cadre intégré renforcé et de l'aide pour le commerce.

Cette performance a été réalisée grâce à des appuis multiformes du Cadre intégré en synergie avec d'autres projets/programmes intervenant dans la filière.

Le Cadre intégré est une structure qui vise à promouvoir le secteur agroalimentaire au Mali, notamment les filières mangue, gomme arabique et karité.

Les participants à la rencontre ont passé en revue l'état d'exécution des activités du projet au titre du 1er semestre 2017 et les plans de travail révisés desdits projets, notamment l'appui aux filières agroalimentaires d'exportation (FIAGRO), l'appui Cadre intégré du commerce (catégorie 1) et le Projet de renforcement des capacités productives et commerciales de la filière gomme arabique au Mali (catégorie 2).

Le projet FIAGRO initie des activités concourant à l'accroissement des exportations des produits agroalimentaires, notamment la mangue, le karité et les produits agricoles transformés, et qui portent aussi bien sur le renforcement des capacités productives que celui des capacités commerciales.

En 2017, les appuis du Cadre intégré ont porté sur la mise en place du système de gestion de la qualité et l'accompagnement relatif aux référentiels de certification des PME de transformation des produits agroalimentaires et le renforcement des capacités des acteurs de la filière karité.

Quant au projet d'appui au Cadre intégré du commerce (catégorie 1), il vise à renforcer les capacités de l'Unité de mise en œuvre du Cadre intégré et l'appui institutionnel.

Le 3ème projet à bénéficier de l'assistance du Cadre intégré est le projet gomme arabique, à travers la mise en place de stratégies d'accroissement des revenus des acteurs de la filière et à la réduction de la pauvreté, notamment en milieu rural par l'exploitation rationnelle et l'exportation de gomme arabique.

Les activités réalisées à cet effet en 2017 ont porté sur l'appui à la mise en place du Bureau national de l'interprofession gomme arabique et ses démembrements ; le renforcement des capacités des acteurs à travers l'élaboration du Guide de bonnes pratiques d'une gomme arabique de qualité et la mise en place d'un Fonds de garantie de 424 millions de FCFA au profit des producteurs et des collecteurs de gomme arabique dont le Mali est l'un des premiers producteurs en Afrique.

PanaPress 06 Novembre 2017

  • Programme du Festival de Louxor du film africain

    Au total, 110 films africains, choisis sur 500, seront projetés lors de la septième édition du Festival de Louxor (Egypte) du film africain, prévue du 16 au 22 mars 2018, a annoncé, dimanche soir, à la presse, le président du fzstival, Sayed Fouad.

  • Le maire de Dakar jugé pour détournement de deniers publics

    Les plaidoiries des avocats du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, jugé pour détournement de deniers publics, ont débuté ce lundi devant le Tribunal correctionnel de grande instance de Dakar, pour durer trois jours.

  • Agriculture: 41ème session FIDA en Italie

    La quarante et unième session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole (FIDA) se tiendra les 13 et 14 février à Rome sous le thème : « L'investissement dans les populations rurales : clé de la paix et de la stabilité à travers le monde », a-t-on appris, ce vendredi à Cotonou, de sources officielles.

  • Session de formation au Centre Ethiopian Airlines

    Aviation - 14 professionnels de l'aviation en provenance de Côte d'Ivoire, du Nigeria et de la Tanzanie ont reçu leurs diplômes de fin d'études du Centre de formation d'Ethiopian Airlines, après avoir achevé avec succès les cours et la formation pratique sur les avions Bombardier Q-400 et Boeing 737, indique un communiqué transmis vendredi à la PANA.

  • Ecart entre l'aide et le développement

    Une hausse des besoins induits par les conflits en Afrique et au Proche-Orient, associée à un accroissement des chocs climatiques, qui malmènent les plus vulnérables partout, ont donné un nouveau caractère urgent aux appels à la communauté internationale à ne plus seulement œuvrer à mettre fin aux besoins humanitaires, mais à les réduire au fil du temps, a déclaré dimanche le Secrétaire général...