L'Envoyé des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, a exprimé l'espoir que le cessez-le-feu à Tripoli se maintienne afin de se consacrer au choix d'une grande société internationale chargée de faire l'audit des comptes de la Banque centrale à Tripoli et à Beidha (est).

On rappelle que la Libye dispose deux Banques centrale, l'une à Tripoli, dépendant du gouvernement d'union nationale reconnu par la communauté internationale, et l'autre, basée à Beidha, sous tutelle du gouvernement intérimaire.

Dans un entretien accordé au journal al-Wassat et dont des extraits ont été publiés ce mardi, M. Salamé déclare que 'le Conseil de sécurité nous a chargé de cette question et nous avons proposé de charger une entreprise internationale de ce travail après la correspondance de M. al-Sarraj au président du Conseil de sécurité, dans laquelle, il demandé la révision de l'audit de la Banque centrale'.

'La sélection de cette société, qui figure parmi les quatre principales sociétés internationales connues, se fera par le biais d'un appel d'offres', a-t-il indiqué, précisant que ce choix se fera 'en présence des gouverneurs des deux Banques centrales, Seddigh al-Kébir ,(Tripoli) et Ali al-Habri (Beidha), afin de mener le travail dans les deux banques pendant une période pouvant durer trois ou quatre mois'. Il a expliqué que 'cela se fera dans le cadre du travail de la Mission des Nations unies'.

M. Salamé a rappelé la réunion à Tunis, qui avait rassemblé les gouverneurs de la Banque centrale de Tripoli, Seddigh al-kebir et de Beidha Ali al-Habri, indiquant que 'al-Kebir et al-Habri ont convenu de mettre les archives et les documents des banques à la disposition de la société d'audit', ajoutant 'nous étions proches de commencer la mise en œuvre, nous avons dû repousser en raison du déclenchement des affrontements à Tripoli et nous étions occupés à travailler sur un cessez-le-feu'.

Le 27 août dernier, une réunion s'est tenue au siège de la Mission de l'ONU à Tunis, à laquelle ont participé MM. al-Kebir et al-Habri.

Cette réunion, convoquée par l'envoyé de l'ONU, avait pour objectif de passer en revue le travail de la Banque centrale à Tripoli et à Beidha, ce que la Mission de l'ONU a qualifié de positif.

L'Envoyé de l'ONU a indiqué que la réalisation de l'audit de la Banque centrale à Tripoli et Beidha était une demande de Fayez al-Seraj, président du Conseil présidentiel.

'Il y a une demande arrivée récemment du Maréchal Khalifa Hafter dans la même direction', a-t-il déclaré, ajoutant qu'il espérait que 'cela suscitera une plus grande convergence et une gestion unifiée de la Banque centrale'.

PanaPress