Alger, Algérie - Les députés du Parlement Algérien, membres de la coalition au pouvoir, réclamant le départ du président du Parlement, Saïd Bouhajja, ont tenu ce mardi un sit-in devant le siège de l'instance législative qu'ils ont fermée, ont annoncé des médias locaux.

Selon les mêmes sources, les députés ont également interdit l'accès à son bureau du président du Parlement.

La crise qui secoue le Parlement algérien est entrée dans sa troisième semaine, sans aucun espoir de solution, à cause de la détermination des députés à faire partir le président qui refuse de céder, signale-t-on.

Plusieurs projets de loi présentés par le gouvernement sont restés suspendus, dont la loi de finances 2019.

Cinq présidents de groupe parlementaire ont décidé de geler toutes les activités de l'institution parlementaire jusqu'à la démission de son président, rappelle-t-on.

Les présidents des groupes qui représentent le Front de libération nationale, le Rassemblement démocratique national, le Rassemblement Espoir d'Algérie, le Mouvement populaire algérien et les Indépendants ont indiqué, dans un communiqué, avoir informé le président du Parlement d'une liste de 351 députés qui ont décidé de lui retirer leur confiance en lui demandant de démissionner.

Les députés avaient dénoncé 'les dépassements et violations' qu'ils ont relevés dans l'institution parlementaire dont ceux relatifs à la volonté de retarder l'adoption du règlement intérieur de l'Assemblée, à la mauvaise gestion des affaires de l'institution et à des dépenses non autorisées.

La presse algérienne s'est intéressée aux conséquences de la crise, estimant que les résultats de ce blocage pourraient entraîner des changements inattendus, si on prend en compte les rivalités cachées en perspective de la présidentielle de 2019.

PanaPress