Alger, Algérie - Un juge d'instruction de Blida, ville proche d'Alger, a ordonné dimanche soir le placement sous mandat de dépôt de cinq généraux-majors et un colonel de l'Armée nationale populaire algérienne, soupçonnés d'enrichissement illicite et d'abus de pouvoir, après leur présentation quelques heures auparavant devant le tribunal militaire, a révélé la chaîne de télévision Ennahar.

Il s'agit de l'ex-chef de la gendarmerie nationale, Menad Noubades, de l'ex-commandant de la première région militaire, le général Habib Chentouf, et de l'ex-chef de la deuxième région militaire, le général Saïd Bey.

Sont aussi concernés l'ancien directeur central des Finances au ministère de la Défense nationale, Boudjemaâ Boudouar, et l'ex-chef de la quatrième région militaire, Abderrazak Chérif.

Tous ces généraux étaient récemment démis de leurs fonctions, rappelle-t-on.

En plus de ces généraux, le juge a aussi ordonné l'arrestation d'un colonel, ex-officier supérieur influent du Département des renseignements et des services (DRS) de la région d'Oran (Ouest).

Mais pour l'heure, le nom du colonel n'est pas encore connu.

Ces mises sous mandat de dépôt sont utilisées en Algérie dans les cas où les enquêtes menées avec les concernés sont toujours en cours.

Un juge militaire avait ordonné en septembre dernier la confiscation des passeports de personnes arrêtées après leur avoir interdit de quitter le pays, rappelle-t-on.

Selon des informations de médias, le placement sous mandat de dépôt des plus puissants et importants généraux du pays ''est un précédent dangereux qui ne s'était jamais produit dans l'histoire de l'Algérie indépendante''.

PanaPress