Télécommunications Burundi

L'Office national des télécommunications (Onatel, public) compte investir 30 millions de dollars américains dans un projet d'extension et de modernisation de ses réseaux mobile (Onamob) et fixe (Onatel) grâce un crédit contracté auprès d'une société chinoise «Huawei International Limited », remboursable sur une période de 10 ans, a-t-on appris, mercredi, de source officielle à Bujumbura.

L'Etat a accepté de se porter garant du crédit, lit-on dans un communiqué en ligne, sur le portail du gouvernement burundais.

Le réseau mobile de l'opérateur historique, en matière des télécommunications, a été construit en 2004 et sa première extension est intervenue en 2009-2010, rappelle la même source.

Depuis lors, «au moment où de nouveaux concurrents apparaissaient sur le marché avec des équipements modernes et performants, aucun investissement n'a eu lieu pour l'Onamob et cela a conduit au retard de positionnement dans la technologie par rapport aux nouveaux venus», motive le texte du communiqué.

«Cela a fait que l'Onamob ne soit plus capable de satisfaire les exigences des abonnés quant à la quantité et la qualité des services offerts aux abonnés», souligne le communiqué.

Le gouvernement burundais est d'avis que le projet d'extension et de modernisation du réseau Onamob «constitue donc un investissement de survie».

Comme le crédit demande la garantie de l'Etat, il est prévu une convention sur les mécanismes de gestion et de remboursement de ce crédit entre le ministère en charge des Finances et l'Onatel, conclut le communiqué.

L'autre option sur la table du gouvernement burundais depuis 2009 est le redressement de l'entreprise par sa privatisation se heurte néanmoins à une forte résistance du personnel syndiqué.

La banque «Renaissance Capital» de Russie, «BNP Paribas», de France, «Emirati Millennium Finance Corporation» et la banque londonienne «Linkstone Capital» ont été cités un moment dans le processus de privatisation, avant que le dossier ne retourne dormir dans les tiroirs de l'Onatel.

PanaPress

  • Pour une réforme vitale du système international

    Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a averti, jeudi, devant l'Assemblée générale des Nations unies, que sans une coopération internationale et une réforme plus forte du système international, l'écart entre les riches et les pauvres persistera.

  • Recherche scientifique au Congo

    La FAO entend poursuivre son appui au Congo dans le secteur de la recherche scientifique, a annoncé, sa Représentante dans le pays à l'issue d'un entretien avec le ministre congolais de la Recherche scientifique et de l'Innovation technologique.

  • Economie et stabilité du franc CFA

    L'économiste sénégalais, Demba Moussa Dembélé, l'un des auteurs de l'ouvrage 'Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA ?', a rejeté l'argument selon lequel, le Franc CFA assure une stabilité économique aux pays qui l'utilisent.

  • Déficit de la balance commerciale alimentaire de Tunisie

    Le niveau de couverture des importations par les exportations de la balance commerciale alimentaire de Tunisie a enregistré, durant les huit premiers mois de 2017, un déficit de 70% contre 74% durant la même période de l'année précédente, sachant que ce taux était de 68,5% pendant le premier semestre de cette année.

  • Nom de domaine .africa: nouvelle extension pour l'Afrique

    Plus de 8 000 marques et entreprises parmi les plus importantes du continent, ainsi que des particuliers, se sont déjà fait enregistrer pour obtenir la nouvelle adresse Internet ou le nom de domaine avec l'extension .africa, annonce un communiqué transmis à la PANA jeudi.