Economie développement

Le directeur des Stratégies et des Politiques de développement au ministère du Plan, Bernard Toukoulou, a relevé, lundi à Brazzaville, que le nouveau Plan national de développement (Pnd), couvrant la période 2017-2021, mettra un accent particulier sur le secteur privé, au cours des discussions thématiques pour l'élaboration de la stratégie du nouveau Pnd, a appris la PANA mardi de sources officielles.

Selon lui, depuis 2004, l'Etat congolais s'est évertué, sans répit, dans la construction des infrastructures dans le dessein d'encourager le secteur privé. Au regard de l'instabilité du contexte économique dont le Congo fait face, il est nécessaire que l'on s'appuie sur le secteur privé en vue de lui permettre d'atteindre les objectifs fixés.

Pour ce faire, l'Etat devrait créer un environnement économique propice, établir les règles de jeu pour que le secteur privé sache dans quelle mesure il sera accompagné, entre autres, sur le plan fiscal, de l'environnement des affaires. A cela s'ajoute l'aide des partenaires internationaux au développement, a signifié M. Toukoulou.

Intervenant à ces débats thématiques, le consultant Charles N'cho a fait savoir que l'Etat devait circonscrire son rôle en organisant, stimulant, boostant et motivant le secteur privé qui serait au premier plan s'agissant des investissements qui seront faits dans les domaines forestiers, piscicoles, agricoles et industriels. Sur ce, le consultant a souligné l'impérieuse nécessité pour les pouvoirs publics de favoriser un cadre approprié pour le privé en apportant l'essentiel.

De son côté, le directeur général du Plan et du Développement, Mampouya M'bama, a indiqué que l'élaboration du cadre stratégique de développement du Pnd 2017-2021, qui se déroule dans un contexte de crise aiguë, impose des mesures de stabilisation financière.

‘'Cette situation qui met en évidence la forte dépendance de l'économie congolaise vis-à-vis du pétrole, suggère que soient fortement et impérativement orientées les réflexions vers le développement du secteur hors pétrole et à une affirmation sans équivoque du rôle prépondérant du secteur privé dans la mise en œuvre de la politique de diversification de l'économie nationale'', a-t-il poursuivi.

Aussi, a-t-il mis en exergue les six axes des objectifs stratégiques du Pnd, qui reposent notamment sur la gouvernance, l'économie, les infrastructures, les ressources humaines, le développement social et le développement équilibré et durable.

Pendant douze jours, les représentants des ministères et les membres des cellules opérationnelles de programmation sectorielle, de programmation macro-économique et budgétaire et de suivi-évaluation vont œuvrer de manière inclusive pour élaborer le deuxième Pnd permettant d'arrêter une démarche stratégique qui consiste à mener le pays à bon port. Le premier Pnd a couvert la période allant de 2012-2016.

PanaPress

  • Pour une réforme vitale du système international

    Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a averti, jeudi, devant l'Assemblée générale des Nations unies, que sans une coopération internationale et une réforme plus forte du système international, l'écart entre les riches et les pauvres persistera.

  • Recherche scientifique au Congo

    La FAO entend poursuivre son appui au Congo dans le secteur de la recherche scientifique, a annoncé, sa Représentante dans le pays à l'issue d'un entretien avec le ministre congolais de la Recherche scientifique et de l'Innovation technologique.

  • Economie et stabilité du franc CFA

    L'économiste sénégalais, Demba Moussa Dembélé, l'un des auteurs de l'ouvrage 'Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA ?', a rejeté l'argument selon lequel, le Franc CFA assure une stabilité économique aux pays qui l'utilisent.

  • Déficit de la balance commerciale alimentaire de Tunisie

    Le niveau de couverture des importations par les exportations de la balance commerciale alimentaire de Tunisie a enregistré, durant les huit premiers mois de 2017, un déficit de 70% contre 74% durant la même période de l'année précédente, sachant que ce taux était de 68,5% pendant le premier semestre de cette année.

  • Nom de domaine .africa: nouvelle extension pour l'Afrique

    Plus de 8 000 marques et entreprises parmi les plus importantes du continent, ainsi que des particuliers, se sont déjà fait enregistrer pour obtenir la nouvelle adresse Internet ou le nom de domaine avec l'extension .africa, annonce un communiqué transmis à la PANA jeudi.