Excès sel santé

La multinationale Nestlé Burkina Faso, en collaboration avec le Centre de recherche en science biologique alimentaire et nutritionnel, sous la direction de l'éminent Professeur Alfred Traoré, a organisé, le jeudi 13 juillet dernier, un symposium à Bravia Hôtel de Ouagadougou portant sur les dangers que représente l'excès de la consommation du sel sur la santé de l'homme.

« La consommation du sel : impact sur la santé et les maladies cardio-vasculaires ». C'est sous ce thème d'une importance capitale que s'est tenu un symposium organisé par la multinationale Nestlé, en collaboration avec le Centre de recherche en science biologique et nutritionnelle dirigé par le Pr Alfred Traoré.

A travers un brillant exposé, ce dernier a fait ressortir les effets néfastes de la consommation abusive du sel qui impacte dangereusement sur la santé de l'homme. Selon le professeur, une alimentation trop riche en sel constitue un des facteurs de risque d'hypertension artérielle et de maladie cardio-vasculaire.

En effet, dira-t-il, il existe un lien direct entre l'excès de sel dans l'alimentation et l'hypertension artérielle puisque les gènes qui contrôlent la pression artérielle sont aussi ceux qui régulent la réabsorption de sel au niveau des reins. Or, les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de décès dans nos pays.

L'excès de sel est également reconnu pour favoriser le cancer de l'estomac. Toujours parlant des méfaits du sel, le Pr Alfred Traoré a affirmé qu'une étude a démontré qu'une consommation excessive de sel risquait d'entraîner, chez certaines personnes, une insuffisance cardiaque ou rénale. Le sel pourrait finalement favoriser l'apparition de certains cancers du système digestif.

Au regard de tous ces risques, ne vaut-il pas mieux se priver complètement du sel ? Se sont interrogés certains participants.

Sur la question, le Pr André K. Samadoulougou, cardiologue et président de la Société de cardiologie du Burkina Faso (SOCARB), a reconnu que les risques sont bien réels, mais qu'ils concernent surtout les gens dont la consommation de sel dépasse largement les doses recommandées.

Mais le problème, a-t-il argumenté, c'est que nombreux sont les gens qui, parfois sans s'en apercevoir, mangent beaucoup du salé. Le sodium qui est naturellement présent dans l'organisme et bénéfique à faible dose, doit être consommé avec modération, comme le sucre, les matières grasses ou l'alcool.

Pour le Pr, non seulement, à petites doses, le sel n'a pas d'effet négatif sur la santé, mais il est essentiel à celle-ci pour fonctionner correctement. « La consommation de sel recommandée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) est de 5 grammes.

Ce qui correspond à 2 grammes de sodium », a-t-il soutenu. Non sans avoir révélé qu'une étude menée par le ministère de la Santé du Burkina Faso en 2013/2014, appelée étude STEPS, a confirmé qu'au niveau de la population de façon globale, 29,6% de sujets sont hypertendus.

Quant aux raisons de la présence de la Société de cardiologie du Burkina Faso (SOCARB) à ce symposium organisé par la multinationale Nestlé, le Pr André Samadoulougou a dit que la présence de son institution s'imposait au regard de l'importance du thème.

« Nous avons tenu à être présents pour apporter notre contribution pour une meilleure compréhension du thème, afin que cela puisse avoir de bonnes répercussions au niveau de la population », a-t-il indiqué.

Ont également pris part à ce symposium, des professionnels de la santé, des médecins, infirmiers, sages-femmes, nutritionnistes et la société civile.

Le Pays

  • Pour une réforme vitale du système international

    Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a averti, jeudi, devant l'Assemblée générale des Nations unies, que sans une coopération internationale et une réforme plus forte du système international, l'écart entre les riches et les pauvres persistera.

  • Recherche scientifique au Congo

    La FAO entend poursuivre son appui au Congo dans le secteur de la recherche scientifique, a annoncé, sa Représentante dans le pays à l'issue d'un entretien avec le ministre congolais de la Recherche scientifique et de l'Innovation technologique.

  • Economie et stabilité du franc CFA

    L'économiste sénégalais, Demba Moussa Dembélé, l'un des auteurs de l'ouvrage 'Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA ?', a rejeté l'argument selon lequel, le Franc CFA assure une stabilité économique aux pays qui l'utilisent.

  • Déficit de la balance commerciale alimentaire de Tunisie

    Le niveau de couverture des importations par les exportations de la balance commerciale alimentaire de Tunisie a enregistré, durant les huit premiers mois de 2017, un déficit de 70% contre 74% durant la même période de l'année précédente, sachant que ce taux était de 68,5% pendant le premier semestre de cette année.

  • Nom de domaine .africa: nouvelle extension pour l'Afrique

    Plus de 8 000 marques et entreprises parmi les plus importantes du continent, ainsi que des particuliers, se sont déjà fait enregistrer pour obtenir la nouvelle adresse Internet ou le nom de domaine avec l'extension .africa, annonce un communiqué transmis à la PANA jeudi.