Industrialisation Maroc

Le conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé vendredi un prêt de 200 millions de dollars américains pour le financement de la première phase du Programme d'appui à l'accélération de l'industrialisation au Maroc (PAAIM I).

Selon un communiqué officiel transmis à la PANA, ce programme a pour objectif principal d'accélérer l'industrialisation du Maroc et de consolider les bases d'une croissance durable et partagée.

Améliorer l'environnement des affaires, dynamiser les exportations et soutenir le financement des activités industrielles qui encouragent l'entrepreneuriat féminin et le respect de l'environnement sont également des objectifs de ce programme.

Le PAAIM est en conformité avec deux des cinq grandes priorités de la BAD (dites Top 5), que sont 'Industrialiser l'Afrique' et 'Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique'.

Il vient aussi en soutien au Plan 2014-2020 d'accélération industrielle du Maroc qui vise à accentuer la diversification de l'économie à travers de nouvelles filières et grâce aux Petites et moyennes entreprises (PME) et aux secteurs exportateurs en particulier.

Ce Plan prévoit également d'accroître la part de l'industrie dans le Produit intérieur brut (PIB) de 14 à 23 points et de créer un demi-million d'emplois à l'horizon 2020.

'Ce programme va donner une nouvelle impulsion au mouvement d'industrialisation du Maroc, ce qui permettra au Royaume de renforcer encore plus son intégration dans les chaînes de valeur mondiales', a déclaré le directeur général de la BAD pour l'Afrique du Nord, Mohamed El Azizi, lors du conseil d'administration chargé d'approuver le programme.

Il a souligné que le PAAIM qui aidera à impulser une nouvelle dynamique de croissance, créatrice d'emplois sur l'ensemble du territoire, est la première contribution concrète de la BAD dans la mise en œuvre de l'initiative du G20 'Compact with Africa'.

Le Conseil d'administration de la BAD avait approuvé, en mars dernier, le Document de stratégie-pays pour la période 2017-2021, qui expose le contexte et le cadre stratégique de l'action de la BAD au Maroc. Ainsi, elle articulera ses interventions à travers deux objectifs majeurs : promouvoir l'industrialisation verte en misant sur les PME et les secteurs exportateurs et améliorer les conditions de vie des Marocains par l'emploi, en particulier pour les jeunes, les femmes en zone rurale.

Le partenariat entre le royaume du Maroc et le Groupe de la BAD compte actuellement 32 opérations qui totalisent 2,3 milliards d'euros d'engagements dans les secteurs des transports, de l'énergie, de l'eau et assainissement et de l'agriculture. Les infrastructures concentrent à elles seules 84 pour cent du total.

PanaPress

  • Pour une réforme vitale du système international

    Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a averti, jeudi, devant l'Assemblée générale des Nations unies, que sans une coopération internationale et une réforme plus forte du système international, l'écart entre les riches et les pauvres persistera.

  • Recherche scientifique au Congo

    La FAO entend poursuivre son appui au Congo dans le secteur de la recherche scientifique, a annoncé, sa Représentante dans le pays à l'issue d'un entretien avec le ministre congolais de la Recherche scientifique et de l'Innovation technologique.

  • Economie et stabilité du franc CFA

    L'économiste sénégalais, Demba Moussa Dembélé, l'un des auteurs de l'ouvrage 'Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA ?', a rejeté l'argument selon lequel, le Franc CFA assure une stabilité économique aux pays qui l'utilisent.

  • Déficit de la balance commerciale alimentaire de Tunisie

    Le niveau de couverture des importations par les exportations de la balance commerciale alimentaire de Tunisie a enregistré, durant les huit premiers mois de 2017, un déficit de 70% contre 74% durant la même période de l'année précédente, sachant que ce taux était de 68,5% pendant le premier semestre de cette année.

  • Nom de domaine .africa: nouvelle extension pour l'Afrique

    Plus de 8 000 marques et entreprises parmi les plus importantes du continent, ainsi que des particuliers, se sont déjà fait enregistrer pour obtenir la nouvelle adresse Internet ou le nom de domaine avec l'extension .africa, annonce un communiqué transmis à la PANA jeudi.