Journée corruption Afrique

Le président de la Commission de l'Union africaine (Cua), Moussa Faki Mahamat, a déclaré que le dévouement d'une lutte spécifique contre la corruption par le continent africain constitue une étape importante vers «l'Afrique que nous voulons».

Dans un discours d'inauguration de la première Journée africaine de lutte contre la corruption, Mahamat a déclaré : 'Nous devons mener une lutte agressive contre ceux qui pratiquent la corruption et les institutions qui bénéficient des produits de la corruption pour rétablir la confiance du public dans nos institutions.

Il est dédié à la promotion de la lutte anticorruption sur le continent suite à la décision du Conseil exécutif de déclarer le 11 juillet de chaque année comme «la Journée africaine de lutte contre la corruption» pour commémorer l'adoption de la Convention de l'Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption (Cuaplcc).

'Pour assurer et soutenir le degré d'engagement de la lutte contre la corruption, l'Assemblée de l'Union africaine a également déclaré 2018 « Année africaine de lutte contre la corruption ».

Selon la chaîne médiatique de l'Union africaine, l'année sera célébrée sous le thème «Gagner la lutte contre la corruption : un chemin durable vers la transformation de l'Afrique».

Elle a déclaré que la corruption est sans aucun doute le défi de gouvernance et de développement le plus urgent auquel l'Afrique est confrontée aujourd'hui du fait de ses effets débilitants et corrosifs, annulant des gains de développement durement gagnés et menaçant le progrès, la stabilité et le développement du continent.

L'Union africaine a d'abord adopté la Cualpcc á l'occasion de la 2ème session ordinaire de l'Assemblée de l'Union le 11 juillet 2003 à Maputo, au Mozambique.

En ratifiant la Cualpcc, tous les États parties à cette Convention devraient domestiquer leurs instruments législatifs et politiques nationaux visant à lutter contre la corruption.

Le président de la Cua demande instamment à tous les États membres de l'Ua qui ne l'ont pas encore fait, de ratifier et d'adhérer à la Convention, afin de solidifier l'engagement politique pour une Afrique non corrompue, citoyenne et démocratiquement gouvernée, telle qu'elle est envisagée par l'Agenda 2063 : 'L'Afrique que nous voulons'.

PanaPress

  • Pour une réforme vitale du système international

    Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a averti, jeudi, devant l'Assemblée générale des Nations unies, que sans une coopération internationale et une réforme plus forte du système international, l'écart entre les riches et les pauvres persistera.

  • Recherche scientifique au Congo

    La FAO entend poursuivre son appui au Congo dans le secteur de la recherche scientifique, a annoncé, sa Représentante dans le pays à l'issue d'un entretien avec le ministre congolais de la Recherche scientifique et de l'Innovation technologique.

  • Economie et stabilité du franc CFA

    L'économiste sénégalais, Demba Moussa Dembélé, l'un des auteurs de l'ouvrage 'Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA ?', a rejeté l'argument selon lequel, le Franc CFA assure une stabilité économique aux pays qui l'utilisent.

  • Déficit de la balance commerciale alimentaire de Tunisie

    Le niveau de couverture des importations par les exportations de la balance commerciale alimentaire de Tunisie a enregistré, durant les huit premiers mois de 2017, un déficit de 70% contre 74% durant la même période de l'année précédente, sachant que ce taux était de 68,5% pendant le premier semestre de cette année.

  • Nom de domaine .africa: nouvelle extension pour l'Afrique

    Plus de 8 000 marques et entreprises parmi les plus importantes du continent, ainsi que des particuliers, se sont déjà fait enregistrer pour obtenir la nouvelle adresse Internet ou le nom de domaine avec l'extension .africa, annonce un communiqué transmis à la PANA jeudi.