26
Lun, Sep

Michel Platini pour une FIFA exemplaire et respectée

Sports
Typographie

Michel Platini, Président de l’Union Européenne de Football Association (UEFA) et ancien footballeur international français, est bel et bien lancé dans la course à la présidence de la FIFA dont le congrès électif extraordinaire est prévu à Zurich en Suisse le 26 février 2016.

Mercredi dernier, dans une correspondance à la Fédération malienne de football (Femafoot), Michel Platini désormais vêtu de son maillot de candidat à la Présidence de la FIFA, a demandé le soutien de l’instance dirigeante du football malien.

Dans ce courrier adressé au président de la Femafoot, Boubacar Baba Diarra, Michel Platini écrivait : 'Je suis candidat à la présidence de la FIFA. Je compte sur votre soutien et notre amour commun du football pour qu’ensemble, nous offrions aux dizaines de millions de passionnés de sport, à la FIFA, ce qu’ils attendent: une FIFA exemplaire, unie et solidaire, une FIFA respectée, aimée et populaire'

Avant d'ajouter : 'Monsieur le président Diarra, très cher Boubacar, je suis candidat à la présidence de la FIFA. C’est à vous, qui servez le football à la tête de votre association nationale, que je souhaite réserver la primeur de l’information'.

Dans cette course ouverte pour accéder à la tête de la FIFA, le Français doit déjà faire face à ses premiers détracteurs, essentiellement ses principaux rivaux à la présidence de la FIFA.

Les attaques les plus virulentes proviennent pour l'instant du Sud-Coréen Chung Mong-joon, milliardaire héritier de l’empire Hyundaï et ancien vice-président de la FIFA. Il accuse notamment Michel Platini d'être 'un produit de l’actuel système FIFA' et 'un protégé de Blatter'.

Quant au prince jordanien Ali Bin Al-Hussein, demi-frère du roi Abdallah II et potentiel candidat pour le fauteuil vacant de Blatter : 'Platini n’est pas bon pour la FIFA. La culture des arrangements en coulisses, en sous-main, doit prendre fin'.

Selon Musa Bility, candidat déclaré et actuel président de la Fédération libérienne de football : 'Platini ne représente pas le changement, il a été vice-président de la FIFA durant huit ans.'

Pour l’ancien milieu de terrain de l’équipe de France de football qui conserve cependant de sérieuses chances d'accéder à la Présidence de la FIFA, 'il est des moments dans la vie où il faut forcer son destin' avant d'ajouter : 'Je suis à l’un de ces instants décisifs, à la jonction du cours de ma vie et des événements qui dessinent l’avenir de la FIFA. Durant ce presque demi-siècle, la FIFA n’a connu que deux présidents' et que 'cette extrême stabilité est une sorte de paradoxe dans un monde qui a été sujet à des bouleversements radicaux et dans un sport qui a vécu une mutation économique considérable'.

AfriqueJet