04
Dim, Déc

Attentat de Sousse en Tunisie : le bilan un jour après le drame

Société
Typographie

Sécurité en Tunisie - Un peu plus de trois mois après l’attentat du musée du Bardo à Tunis, qui avait causé la mort de 21 touristes et d’un policier, la Tunisie a, à nouveau, été victime d’un attentat sanglant ce vendredi 26 juin, au coeur de Sousse, ville touristique très fréquentée du pays.

Un attentat sanglant au soleil

Hier, un étudiant tunisien inconnu des services de sécurité a ouvert le feu, avec une arme de type kalachnikov cachée dans un parasol, sur des touristes sur la plage d’un hôtel de Sousse, puis autour de la piscine et à l’intérieur de l’hôtel. Il a finalement été abattu par les agents de sécurité.

Les victimes ont été transférées dans deux hôpitaux universitaires et dans des centres de santé de la ville de Sousse. Si la première estimation faisait état de 27 morts, elle a malheureusement due être revue à la hausse. Elle atteint aujourd’hui, selon le bilan provisoire, les chiffres de 37 morts et 36 blessés. Les victimes sont pour la plupart des Tunisiens, des Britanniques, des Allemands et des Belges. Le Premier ministre tunisien, Habib Essid s'est rendu hier auprès des victimes.

Un terrorisme sans limite et sans frontière

L’opération tunisienne s’est produite en parallèle d’attentats terroristes en France et au Koweit. Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, estime que la Tunisie se trouve « face à un mouvement international auquel elle ne peut pas répondre toute seule, car nécessitant une stratégie globale ».

Les mesures de sécurité prises pour l’été, spécialement autour des hôtels et des zones touristiques, et pour le mois du Ramadan, n’ont pu empêcher le drame. Comme le précise le Secrétaire d’Etat à la Sécurité, Rafik Chelli, «(…) l’attentat d’aujourd’hui est une opération isolée dont personne ne peut être à l’abri. Il faut la gérer. Le plus important, c’est la réaction instantanée des forces de sécurité et c’est ce qui s’est passé ».

La France a exprimé sa solidarité avec la Tunisie comme l’indique un communiqué du Quai d’Orsay : « le chef de l’Etat et le ministre des Affaires étrangères et du Développement international se sont entretenus avec leurs homologues tunisiens, auxquels ils ont exprimé la solidarité de la France dans cette épreuve ». Les deux présidents ont souligné leur volonté de continuer et d’intensifier leur coopération dans la lutte contre le terrorisme.

Le ministre tunisien du Tourisme, Salma Rekik Elloumi, a souligné la catastrophe que représentait cet attentat pour son pays, en précisant les conséquences négatives qui en découleront pour l'économie et le tourisme du pays. Pour mémoire, après l’attentat du Bardo, le nombre de touristes avait diminué de 25,7%, soit une perte de 26,3% des recettes touristiques en devises.

AfriqueJet