29
Mer, Mar

Emploi Nigeria: 3,67 millions de perte d'emploi en une année

Société
Typographie

Au total, 3,67 millions de Nigérians ont perdu leur emploi en une année en raison de la situation économique difficile du pays, a révélé, vendredi, le National Bureau of Statistics (NBS) du Nigeria. Selon l'analyse du Bureau sur le chômage dans le pays, le nombre de chômeurs nigérians est passé de 7,51 millions au début d'octobre 2015 à 11,19 millions fin septembre 2016.

Le rapport de NBS pour le quatrième trimestre de l'année dernière, qui est toujours en cours de préparation par l'agence, doit être publié, le 29 mars.

Le rapport indique que si le nombre de personnes employées est passé de 55,21 millions au début du quatrième trimestre de 2015 à 69,47 millions à la fin du mois de septembre, la population active est passée de 75,94 millions à 80,66 millions.

Une répartition des 3,67 millions de chômeurs nigérians a montré qu'environ 522 mille personnes sont devenues sans emploi au quatrième trimestre de 2015, alors que 1,44 million de personnes ont rejoint la population active au premier trimestre de 2016.

Selon le rapport, le taux de chômage était le plus élevé pour les personnes âgées de 15 à 24 ans, passant de 17,8% au début du quatrième trimestre de 2015 à 25% à la fin de septembre dernier.

Pour les 25-34 ans, le taux de chômage est passé de 10,8% à 15% à la fin du mois de septembre dernier. Le chômage et le sous-emploi ont été plus élevés pour les femmes au troisième trimestre de l'année dernière.

Selon le rapport, alors que 15,9% des femmes étaient au chômage à la fin du troisième trimestre de l'année dernière, 22,9% des femmes sur le marché du travail étaient sous-employées au cours de la période.

D'autre part, le rapport indique que 12% des hommes étaient au chômage au troisième trimestre de l'année dernière, tandis que 16,7% des hommes sur la population active étaient sous-employés pendant la même période.

«Étant donné que la nature des emplois ruraux est en grande partie manuelle et non qualifiée, comme dans l'agriculture, le chômage est plus préoccupant dans les zones urbaines où une main-d'œuvre plus qualifiée est nécessaire. Le taux de chômage dans les zones urbaines était de 18,3% contre 11,8% dans les zones rurales, car la préférence est plus pour les emplois de cols blancs formels, qui sont situés principalement dans les centres urbains», indique le rapport.

Sur le taux de chômage dans le pays, le président du Institute of Productivity and Business Innovation Management, M. Remi Dairo, a déclaré que l'environnement d'exploitation difficile aurait pu être responsable du développement.

Il a déclaré: «Le nombre élevé de chômeurs est un reflet des réalités économiques, car seules quelques entreprises sont en croissance et donnent des emplois, tandis que beaucoup d'autres ont perdu des emplois.

Dairo a déclaré que le manque de compétences productives dans les secteurs privé et public est l'une des principales raisons du sous-développement du pays et il est nécessaire d'avoir une politique d'éducation globale qui aidera à combler les lacunes dans les compétences dans le pays.

Il a déclaré que pour combler les lacunes dans les compétences entre les programmes des établissements d'enseignement et les exigences de l'industrie, le gouvernement a besoin de restructurer le système éducatif pour répondre aux besoins actuels et futurs du pays.

PanaPress 11/03/2017