23
Dim, Avr

Bassin du Congo: Disparition de plusieurs hectares de fôrêt par an

Société
Typographie

ENVIRONNEMENT - Deux millions d'hectares de forêts disparaissent chaque année, alors que des cours d'eaux sont empoisonnés et des mangroves et plans d'eau disparaissent dans le Bassin du Congo, du fait d'activités humaines peu soucieuses de l'environnement, a révélé mercredi à Oyo, à plus de 400 km de Brazzaville, la ministre congolaise de l'Economie forestière, du développement  durable et de l'environnement, Rosalie Matondo, à l'ouverture d'une réunion d'experts préparatoire à la conférence ministérielle sur la création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, prévue dans l'après-midi.

Les experts s'accordent à reconnaître que si rien n'est fait, les deux tiers des forêts du Bassin du Congo pourraient être perdues d'ici 2040, a averti Mme Matondo.

'Ce taux de déforestation, quoi que moins alarmant, comparé à celui des autres bassins, suscite néanmoins des inquiétudes au sein de la sous-région, dès lors que les émissions de gaz à effet de serre qui en résultent, contribuent à perturber le climat', a-t-elle indiqué.

Selon une étude récente réalisée sur les forêts du Bassin du Congo et l'adaptation aux changements climatiques, se succèdent dans cet espace géographique, depuis les décennies 60, 80 et 90, des périodes anormalement sèches, qui ont entraîné un déficit hydrique dans les différents biomes.

Les experts estiment que la prochaine crise que connaîtra notre planète, liée aux effets climatiques, sera la crise de l'eau.  

'L'accord de Paris sur le climat, signé en décembre 2015 et dont l'objectif ultime est de limiter le réchauffement de la planète en deçà de 2°C, constitue un pas important dans l'engagement de la communauté internationale à lutter contre le changement climatique', a souligné Mme Matondo.

Selon elle, la promotion de l'économie verte, à travers la gestion durable de l'important capital naturel dont regorgent, notamment, les pays du Bassin du Congo, est un atout pour la mise en œuvre de cet accord.

Dans cette perspective, l'Initiative du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo constitue une action supplémentaire en faveur du climat, et qui devrait permettre aux Etats de la sous-région, d'améliorer la gestion éco-systématique de cet espace géographique, en prenant en compte les ressources en eaux, à savoir : les océans, les plans et les cours d'eau.

Le Bassin du Congo regroupe 12 pays: Angola, Burundi, Cameroun, République du Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Centrafrique, RD-Congo, Rwanda, Tanzanie, Tchad et Zambie.

PanaPress 08/03/2017