23
Dim, Avr

Cinéma et télévision: 9 prix Fespaco décernés aux préachats TV5Monde

Société
Typographie

TV5Monde, partenaire de la 25e édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco) qui s'est déroulée du 25 février au 4 mars dans la capitale du Burkina Faso, s'est réjouie mardi, du succès des films qu'elle a soutenus, lesquels ont obtenu 9 récompenses au cours dudit festival.

Dans la catégorie 'meilleur film long-métrage de fiction', le film 'Félicité' du franco-sénégalais Alain Formose Gomis a gagné le prix 'l'Etalon d'Or'. Ce long-métrage, déjà récompensé par un Ours d'argent au Festival de Berlin, a également remporté le Prix du meilleur son.

La fiction 'Wulu' du Malien Daouda Coulibaly a été récompensé du Prix d'interprétation masculine attribué à l'acteur Ibrahim Koma, et du Prix de la Fondation EcoBank  'Sembène Ousmane'.

Le long-métrage 'Frontières' de la Burkinabé Apolline Traoré a reçu le Prix Paul Robeson et les  Prix spéciaux : Prix Félix Houphouet-Boigny du Conseil de l'Entente et Prix CEDEAO de l'intégration pour le meilleur film ouest africain.

Dans la compétition officielle 'films documentaires', 'Kemtiyu, Seex Anta' du Sénégalais Ousmane William MBaye a remporté le Premier prix dans la catégorie documentaire et le Prix spécial de l'Union européenne et ACP.

La 25è édition du FESPACO a présenté une sélection officielle de 150 films de tous genres et sections confondus pour la compétition et la présentation hors compétition avec un budget estimé à 1,2 milliard de francs CFA en dehors d'autres dépenses qui ne sont pas comptabilisées.

Créé en 1969, le FESPACO, institutionnalisé en 1972 et devenant biennal à partir de la sixième édition en 1979, rassemble, les années impaires pendant une semaine, des professionnels ou non, africains et du reste du monde, autour du cinéma africain et de la diaspora africaine.

Le but du festival est de favoriser la diffusion de toutes les œuvres du cinéma africain, de permettre les contacts et les échanges entre professionnels du cinéma et de l'audiovisuel, de contribuer à l'essor, au développement et à la sauvegarde du cinéma africain en tant que moyen d'expression, d'éducation et de conscientisation.

PanaPress 08/03/2017