01
Mer, Mar

Tunisie: L'état d'urgence prolongé de trois mois

Société
Typographie

SECURITE - Les autorités tunisiennes ont décidé, jeudi, de prolonger de trois mois l'état d'urgence décrété à la suite de l'attentat terroriste qui a coûté la vie à 12 membres de la garde présidentielle en novembre 2015.

La Tunisie a été frappée la même année par deux autres attentats qui ont fait une soixantaine de morts, la plupart des touristes étrangers. Les trois attaques ont été revendiquées par 'l'Etat islamique' (Daech, en arabe).

'Le Président Béji Caïd Essebsi a décidé de prolonger de trois mois de l'état d'urgence, à partir du jeudi 16 février 2017', a annoncé un communiqué de la Présidence qui précise que cette décision a été prise après des consultations avec le chef du gouvernement (Premier ministre Youssef Chahed) et le président de l'Assemblée des représentants du peuple  (parlement, Mohamed Ennaceur) 'sur des questions ayant trait à la sécurité nationale et la situation sur les frontières et dans la région, en général'.

Ces derniers mois, les autorités font régulièrement état du démantèlement de nombreuses 'cellules terroristes' qui planifiaient des attaques contre 'des sites sensibles' et de la découverte de caches d'armes.

Tout en affichant 'une importante amélioration' de la situation sécuritaire dans le pays, le ministre tunisien de la Défense, Farhat Horchani, a admis, mercredi, que la menace (terroriste) persistait encore, eu égard à la situation chaotique qui prévaut encore dans la Libye voisine.  
'Tant que la Libye n'a pas un gouvernement qui maîtrise la situation, la menace existe', a-il expliqué dans une déclaration à la presse.

En plus de la construction d'une barrière en sable et d'une tranchée sur près de la moitié de la frontière désertique avec la Libye, longue de quelque 500 km, la Tunisie a reçu, début février, six hélicoptères de combat américains destinés à renforcer 'les capacités de reconnaissance et d'attaque (de l'armée tunisienne) dans la guerre contre le terrorisme', selon un communiqué du gouvernement.

Le premier ministre Youssef Chahed a supervisé la livraison de ces appareils sur la base militaire de Gabès (sud).  Il s'agit d'appareils OH-58D Kiowa, 'un premier lot' d'une commande de 24 hélicoptères du même type dont la livraison sera achevée en mars prochain.

La Tunisie avait été désignée en 2015 par Washington 'allié majeur non membre de l'Otan', un statut qui permet une coopération militaire renforcée.

En janvier dernier, l'armée tunisienne a, en outre, réceptionné deux navires de l'armée américaine, dans le cadre d'un accord conclu en 2012. Ces vedettes d'intervention rapide sont les troisième et quatrième d'un lot de six devant permettre à la Tunisie de renforcer ses capacités dans la lutte antiterroriste et la gestion de l'immigration illégale en Méditerranée. Les deux dernières doivent être livrées d'ici un an.

PanaPress 16/02/2017