01
Sam, Oct

Virus Ebola : la formation des prestataires de santé comme arme

Santé
Typographie

Prévention d’Ebola au Congo - A l’été 2014, le 24 août, la République Démocratique du Congo déclarait officiellement l’épidémie Ebola. Le 4 octobre suivant, la RDC annonçait la fin de l’épidémie. Cette dernière reproduisait le modèle des épidémies précédentes, récurrentes depuis dix ans dans le pays.

Les Nations Unies avaient souligné le l’efficacité du combat mené contre la maladie et la République Démocratique du Congo (RDC) s’était engagée, à cette occasion, à partager son expérience avec les autres pays touchés.

Aujourd’hui, dans le cadre de son plan de prévention et de préparation à la riposte contre ce fléau, la RDC a lancé cette semaine, en partenariat avec l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance) et la Fondation SNCP (Société nationale du Pétrole), une action de prophylaxie importante : la formation des prestataires de santé.

Prévenir pour mieux combattre le virus

Dispensée dans la capitale et dans la Cuvette-Ouest, la formation aura pour objectif de développer les compétences à la prise en charge des malades mais aussi en termes de communication et d’hygiène. Il s’agit de doter les différents publics pouvant être en contact avec le virus, d’outils leur permettant de développer leur confiance en eux et d’avoir les bons réflexes pour ne pas céder à la panique face à la maladie ou aux malades.

Sur un continent où, comme le dit le représentant de l’UNICEF au Congo, Aloys Kamuragiye, Ebola flotte telle une « épée de Damoclès » au-dessus des pays africain, le temps est à la prévention et à la mise en place d’une stratégie de riposte en amont.

Le contexte de préparation des 11ème Jeux Africains rend cette approche préventive d’autant plus primordiale pour la sécurité de tous.

Trois niveaux d’enseignement

Le premier niveau de formation portera sur la prise en charge des cas suspects ou déclarés. Il concernera les médecines, infirmiers, techniciens de laboratoire, agents d’hygiène et de surveillance épidémiologique.

Le deuxième niveau sera celui des équipes pluridisciplinaires de détection et de contrôle des cas aux niveaux des frontières.

Et enfin, le troisième public, dit communautaire, se concentrera sur la sensibilisation à la maladie et le suivi de possibles personnes-contacts.

AfriqueJet