29
Mer, Mar

Cas de paludisme et de décès enregistrés en début d'année au Burundi

Santé
Typographie

Près de deux millions de cas de paludisme ont été enregistrés, qui ont tué 700 personnes, depuis le début de cette année 2017 au Burundi, a-t-on appris, mardi du ministère burundais de la Santé publique et de la lutte contre le VIH/SIDA.

Le changement climatique, l'extension de la culture du riz et le non-respect des mesures préventives ont contribué largement à la propagation du paludisme jusque dans les régions montagneuses, naguère indemnes, a indiqué la ministre de la Santé publique, Mme Josiane Nijimbere.

Selon d'autres spécialistes, le paludisme aurait également profité de la famine généralisée dans le pays où les Nations unies estiment actuellement à au moins trois millions le nombre de personnes souffrant d'une carence alimentaire aiguë, à cause de la sécheresse.

En 2016, au moins 6 millions de personnes ont été alitées par la maladie liée aux piqûres de moustiques et près de 4.000 autres en sont mortes, selon des sources sanitaires à Bujumbura.

Le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le SIDA recherche d'urgence au moins 31 millions de dollars américains auprès des partenaires pour répondre à cette urgence.

Cet argent va servir à des programmes de sensibilisation des populations à la prévention, notamment à se faire dépister et soigner à temps et à utiliser systématiquement des moustiquaires imprégnées d'insecticides.

PanaPress 14/03/2017