26
Lun, Sep

Un colloque sur la sécurité globale en Tunisie

Politique
Typographie

La situation du monde arabe était au menu d'un colloque réunissant les spécialistes géopolitiques et de sécurité à Tunis, organisé par le Centre tunisien pour les études de la sécurité globale, en collaboration avec l'Association tunisienne de l'information géographique numérique.

Composé essentiellement d'experts, de chercheurs, de spécialistes des sciences géopolitiques et de sécurité, les participants étaient venus de nombreux pays arabes pour se concerter autour du thème 'Le fondement de la lutte dans le monde arabe'.

Partant du postulat que l'accumulation des problèmes politiques, historiques et économiques sont à la base de la situation politique actuelle dans la région, Monsieur Mokhtar Ben Nasr (le président du Centre tunisien pour les études de la sécurité globale), a mis l'accent sur les causes de la situation que vit le monde arabe.

La situation politique et économique actuellement dégradée dans cette partie du monde est due, selon lui, à la faillite de tous les mouvements réformistes aussi bien économiques qu’idéologiques enregistrés dans le monde arabe.

Monsieur Mokhtar Ben Nasr a ensuite mis l'accent sur la nécessité pour le monde arabe de mettre en place une stratégie de travail claire en vue de pouvoir sortir de la crise dans laquelle il vit.

La position stratégique des pays arabes, les ressources naturelles dont ils disposent, sont des moyens nécessaires sur lesquels il faut s'appuyer pour relever les défis actuels. Tout ce manque, selon le président du Centre tunisien pour les études de la sécurité globale, ce sont la recherche et la planification préalables.

La situation politique et sécuritaire catastrophique en Libye ainsi que ses conséquences sur ses voisins Tunisiens et Algériens a également été évoquée par le colonel algérien, Ramdane Hamlat. Il souligné les causes de la présence, de plus en plus importante, des groupes terroristes armés en Libye et l'augmentation de leur menace sur la sécurité et la stabilité de la région.

L'influence de plus en plus importante de l'Organisation de l'Etat islamique 'Daesh' (qui disposerait de 6.000 combattants dont environ 500 Tunisiens et 200 Algériens) en Libye tire, selon lui, ses origines de la chute du régime de Kadhafi et de la crise politique qui s'en est suivie.

La situation au Yémen et la guerre menée par l'Arabie saoudite contre ce pays a également été évoquée par Monsieur Riadh Sidaoui, directeur du Centre arabe de recherches et d'analyses politiques et sociales basé à Genève en Suisse.

Monsieur Riadh Sidaoui a soutenu que les causes de cette guerre ne seraient pas confessionnelles (contrairement aux affirmations de certains médias) mais politiques. Elles émaneraient de la volonté du régime saoudien d'étendre son influence sur le Yémen qui représenterait une menace sur le Royaume, pour de nombreuses raisons, notamment historiques et politiques.

Selon lui des puissances occidentales auraient en vue la division de la région arabe en micro-Etats notamment le Yémen, l'Arabie saoudite, le Soudan.

AfriqueJet