Dim11232014

Last updateSam, 22 Nov 2014 7pm

Rwanda: Résilience du peuple rwandais 20 ans après le génocide

Ban Ki-moon salue la résilience du peuple rwandais, 20 ans après le génocide - Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-mon, a salué lundi la détermination ainsi que la résilience du peuple rwandais, 20 ans après le génocide, déplorant toutefois le 'silence'  et l'inaction de la communauté internationale qui n'a pas agi à cette époque pour prévenir ces tragédies.


S'exprimant lors des cérémonies marquant la 20ème commémoration du génocide des Tutsi auxquellles avaient pris part plusieurs personnalités dont quelques chefs d'Etat africains, le Secrétaire général de l'ONU a salué notamment la résilience du peuple rwandais, deux décennies après le génocide.

'Désormais la communauté internationale a reconnu que le génocide perpétré en 1994 ne ciblait d'autre groupe que l'ethnie Tutsie et, 20 ans après, vous (Rwandais) avez surtout montré au monde entier que la transformation est ainsi possible (...) Vous avez démontré le courage et la résilience ', a déclaré le patron de l'ONU.

Parmi les chefs d'Etat africains et leurs épouses qui ont assisté aux cérémonies de la 20ème commémoration du génocide, il y avait l'Ougandais Yoweli Kaguta Museveni, le Kenyan Uhuru Kenyatta, le Sud-Soudanais Salva Kiir Mayardit, le Gabonais Ali Bongo Ondimba, le Congolais Denis Sassou-Nguesso ainsi que le Malien Ibrahima Boubacar Keita, a-t-on constaté sur place.

D'autres personnalités africaines, qui se sont jointes aux Rwandais à cette commémoration, il y a eu notamment la présidente de la Commission de l'Union africaine, le Dr Nkosazana Dlamini-Zuma, ainsi que des anciens présidents d'Afrique du Sud Thabo Mbeki,  de la Tanzanie Benjamin Mkapa et le Botswanais Ketumile Joni Masile.

'Nous reconnaissons que nous aurions fait quelque chose de plus pour prévenir le génocide de 1994', a admis le Secrétaire général de l'ONU.

Le Rwanda a connu un génocide entre les mois d'avril à juillet 1994 et au cours duquel plus d'un million de personnes, essentiellement de l'ethnie Tutsie, ont été tuées, massacrées par des extrémistes Hutus qui contrôlaient, au moment des actes, le pouvoir politique et militaire dans ce petit pays d'Afrique centrale.

Pana 08/04/2014