Mer11262014

Last updateMar, 25 Nov 2014 9pm

Union Africaine et négociations sur le Sud-Kordofan

Reprise des négociations sur le Sud-Kordofan facilitées par l'UA - Les négociateurs soudanais ont entamé des pourparlers à Addis-Abeba, en Ethiopie, pour trouver un cessez-le-feu immédiat face à la poursuite des combats dans les Etats du Sud-Kordofan et du Nil Bleu, a appris ce jeudi la PANA.

'Nous sommes déterminés et engagés à parvenir à la paix sur la base de la Résolution 2046 du Conseil de sécurité des Nations unies', a déclaré à la PANA le Pr. Ibrahima Ghandour, chef de la délégation gouvernementale soudanaise à ces discussions.

'Nous sommes déterminés à signer un cessez-le-feu immédiat et à mettre en oeuvre les accords tripartites sur l'assistance humanitaire et à appliquer les accords que nous avons signés en août 2012', a-t-il indiqué après l'ouverture des négociations.

Selon M. Ghandour, ce dernier round de discussions doit se poursuivre et donner de meilleurs résultats que les précédents.

'Nous croyons que nous pouvons parvenir à un accord qui mette fin aux combats et aux souffrances des populations de ces deux régions. Nous considérons le dialogue comme le seul moyen de mettre un terme à ce conflit', a-t-il insisté.

Pour sa part, Yassir Arman, leader de l'Armée de libération du peuple du Soudan (SPLA-Nord), a estimé que ces pourparlers doivent se focaliser sur les modalités de gouvernance du Soudan dans le futur.

'Ce round de discussion restera dans l'histoire du conflit comme l'un des plus importants, si ce n'est le plus important', a observé M. Arman, dont le groupe a pris les armes en 2011 avant la sécession du Soudan du Sud.

'Il sera important non seulement pour les parties, mais aussi pour le Soudan dans son ensemble et pour le futur. C'est peut-être la dernière chance de sauver le Soudan grâce à une conférence constitutionnelle nationale crédible. C'est la seule voie pour obtenir un consensus national et un véritable programme pour bâtir une nation', a constaté ce dernier.

Selon M. Arman, les discussions doivent se concentrer sur la réalisation d'un règlement pacifique global et d'une citoyenneté pleine et égale à tous, ce qui est impossible sans des négociations inclusives et que les accords concernant ces deux questions assureront un meilleur avenir au Soudan.

L'ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, chef du Panel de mise en oeuvre de haut niveau de l'Union africaine (UA), a jugé, quant à lui, nécessaire de mettre fin au conflit dans les deux régions de toute urgence.

'Il est impératif de mettre fin à ce conflit. Nous devons mettre un terme à la guerre', a déclaré M. Mbeki à l'ouverture des pourparlers, qui ont été ajournés immédiatement après leur ouverture.

Les deux parties discutent aussi de la mise en application de l'accord relatif à l'accès humanitaire signé pour faciliter l'accès des secours aux populations affectées par les combats dans les deux régions.

Pana 14/11/2014