AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Lun09222014

Last updateDim, 21 Sep 2014 7pm

CPLP: la Guinée équatoriale admise comme membre de plein de droit

La Guinée équatoriale a été admise, mercredi, comme membre de plein droit à la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), étendant ainsi l’organisation à 9 États membres. L’adhésion de la Guinée équatoriale a été approuvée lors du Xe Sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la CPLP organisé à Dili, capitale de Timor Oriental, pays qui assume désormais la présidence rotative de l’organisation pour les deux prochaines années.

A cette occasion, les leaders de la Communauté ont renouvelé leur engagement de toujours appuyer les autorités du nouvel État membre dans le plein respect des dispositions statutaires de l’organisation, notamment l’adoption et l’utilisation effective du portugais comme une des langues officielles et le processus pour l’abolition de la peine de mort.

De même, ils ont aussi approuvé l’admission de la Namibie, de la Georgie, de la Turquie et du Japon comme membres observateurs de la CPLP, un acte qu’ils ont considéré comme 'prestigieux' pour l’organisation, du fait de la visibilité politique internationale que ces pays pourraient offrir à l’organisation comme partenariat global.

Ces trois pays rejoignent le Sénégal et Maurice comme observateurs associés, statut créé pour accueillir les États extra communautaires concernés qui poursuivent, dans leurs programmes de gouvernement, des objectifs identiques à ceux de l’organisation, même sans réunir les conditions nécessaires pour être membres de plein droit.

L’admission de la Namibie est, entre autres raisons, justifiée par le fait d’abriter une grande communauté angolaise liée à l’enseignement du portugais et aussi par le fait que le pays entretient de “bonnes relations diplomatiques” avec les États membres de la CPLP.

Quant à la Turquie et à la Georgie, deux pays eurasiatiques, leur intérêt est lié au développement de nouvelles cultures et à la ressemblance de certains traits identitaires, tels que l’alimentation, surtout avec le Portugal.

Pour le Japon, les responsables de la CPLP expliquent son entrée par des 'raisons historiques' et d’'ordre gastronomique' avec le Portugal et par la grande communauté japonaise résidant au Brésil.

Selon les mêmes responsables, le Pérou et le Maroc aussi ont manifesté leur intérêt à être admis comme observateurs associés et leurs candidatures sont 'en phase préparatoire'.

L’attraction du Pérou serait liée à la convenance des relations avec les pays africains et à leur “profond” lien avec le Brésil et le Portugal, tandis que le Maroc aurait invoqué ses relations historiques avec les luttes des indépendances en Afrique et aussi son union gastronomique avec le Portugal.

Jusqu’à l’entrée de la Guinée équatoriale, les huit pays membres de plein droit de la CPLP étaient l’Angola, le Brésil, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Portugal, Sao Tomé et Principe et le Timor Oriental.

La Guinée-Bissau, suspendue depuis le coup d’État d’avril 2011, a été réadmise lors du Sommet de Dili sur la base de la restauration l’État de droit après l’élection d’un nouveau président et d’un nouveau Parlement.

Pana 26/07/2014