08
Jeu, Déc

L’Afrique à la COP21: un continent de solutions

Monde
Typographie

Dans le cadre de la COP21, la Journée de l’Afrique a été célébrée hier mardi au Bourget à Paris. Cette Journée de l’Afrique à la COP21 est une initiative de la CEA (Commission économique des Nations unies pour l’Afrique), de l'UA (Commission de l’Union africaine), de la BAD (Banque africaine de développement) et de leurs partenaires.

Pour l'occasion, des experts, des ministres, des institutions internationales se sont retrouvés autour du thème 'contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN): implications, perspectives et état de préparation de l’Afrique à contribuer aux solutions'.

Selon la Commissaire à l'Economie rurale et à l'Agriculture de la Commission de l'UA, Mme Rhoda Peace Tumusiime, cette journée africaine du mardi 8 décembre 2015 au Bourget à Paris devra permettre 'de montrer la contribution de l’Afrique en termes de solutions et en tant que continent. Cette journée n’a pas pour but de se lamenter, mais pour montrer les efforts en cours sur le continent pour contrer les effets pervers du changement climatique à travers les CPDN'.

A travers cette Journée de l'Afrique, les organisateurs souhaitent fournir une plate-forme et la possibilité d'examiner ce que l'accord post-2015 sur le changement climatique pourrait signifier à l'Afrique.

Ils souhaitent en même temps communiquer, vulgariser, diffuser au plan international les solutions africaines présentées pour lutter contre le changement climatique.

Version finale de l’accord COP21 de Paris

Ce mercredi 9 décembre 2015, la version finale de l’accord de Paris dans le cadre de la tenue de la 21ème Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21) sera examiné par les ministres africains en charge de l'environnement. Ils devraient y apporter certaines modifications.

L'annonce a été faite par le ministre égyptien de l’Environnement et par ailleurs président de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (AMCEN/CMAE) le Dr Khaled Fahmy.

Il faut dire que le texte de la version finale de l’accord de Paris, qui devrait normalement être signé par toutes les parties à la fin de la conférence, est à l'origine de beaucoup de polémiques au sein des négociateurs et des représentants de la société civile présents dans la capitale Française.

Energie renouvelable en Afrique: accroître les capacités

Accroître la capacité d'énergie renouvelable en Afrique, tel est l'objectif d'une initiative de 5 milliards de dollars US lancée par l'Organisation des Nations Unies et les partenaires. Cette nouvelle initiative est conduite par le NEPAD (Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique) de l'Union africaine, le Groupe des négociateurs africains, la Banque africaine de développement, le PNUE (Programme des Nations Unies pour l'environnement) et l'IRENA (Agence internationale des énergies renouvelables).

Selon le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, 'la production et l'utilisation de l'énergie sont responsables pour plus de la moitié des émissions totales de gaz à effet de serre de la planète. Cela signifie que l'énergie est également plus de la moitié de la solution. Nous avons besoin de l'énergie durable pour réduire les émissions mondiales à effet de serre et éviter les risques d'emballement du changement climatique'.

Le résultat attendu par cette initiative étant l'accroissement de la capacité renouvelable en 2020 afin d'atteindre l'accès universel.

AfriqueJet