02
Ven, Déc

France: le mandat d’amener levé contre Guillaume Soro

Monde
Typographie

Mise à jour mercredi 9 décembre 2015 - Le mandat d’amener contre Guillaume Soro a été levé par la juge d’instruction du tribunal de grande instance de Paris, Mme Sabine Khéris. Cette décision fait suite à la communication à la juge de documents attestant du caractère officiel de la présence de monsieur Soro sur le territoire français à l'occasion de la COP21.

Me Jean-Paul Benoit, Me Jean-Pierre Mignard et Me Pierre-Emmanuel Blard, les conseils de Guillaume Soro, ont communiqué deux documents attestant du caractère officiel de la présence de leur client sur le territoire français : un premier ordre de mission émanant du président de la République de Côte d’Ivoire et un second de l'Assemblée nationale d'Ivoire.

La justice française vient d'émettre un mandat d’amener contre Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, actuellement de passage à Paris après un voyage au Royaume-Uni. Madame Sabine Khéris, juge d’instruction du Tribunal de grande instance de Paris, voudrait entendre monsieur Soro dans le cadre de l’affaire qui l’oppose à Michel Gbagbo, fils de l'ancien président de la Côte d'Ivoire.

En juin 2012 le fils de l’ex-président Laurent Gbagbo avait porté plainte contre dix anciens comzones et Guillaume Soro pour 'traitement dégradant et inhumain'. Il avait, en effet, été incarcéré à la fin de la crise postélectorale de 2010-2011 et placé sous la surveillance de certains membres de l’ex-rébellion des Forces nouvelles.

Convoqué le 21 octobre dernier dans le cadre de cette procédure en tant que 'témoin assisté', monsieur Guillaume Soro n'avait pas pu se présenter devant la juge pour cause de contexte politique chargé en Côte d’Ivoire (l'élection présidentielle du 25 octobre 2015 était notamment évoquée).

Du côté des avocats de Guillaume Soro, ce mandat d’amener de la justice française passe assez mal. Selon eux, il s'agirait d'une 'méconnaissance des pratiques et usages diplomatiques admis et reconnus' puisque leur client séjourne en France en tant que 'l'un des représentants officiels de la Côte d'Ivoire à la Conférence sur le climat (COP21), dûment mandaté par le président de la République de Côte d'Ivoire et par l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire'.

Ils ne voient cependant aucun inconvénient à ce que leur client coopère avec la justice française mais dans les limites des usages diplomatiques et dans ces limites seulement.

Il faut signaler également qu'une plainte en dénonciation calomnieuse contre Monsieur Michel Gbagbo et autres est également en cours.

AfriqueJet