06
Mar, Déc

Sommet sur la crise de l'immigration à Bruxelles

Monde
Typographie

Des embarcations transportant des femmes enceintes, des bébés de quelques jours seulement d'âge, des personnes malades et fragiles, telles sont les scènes visibles en méditeranée depuis des semaines. Les chefs d'Etat et de gouvernement Européens, après avoir trouvé une voie qui permettra certainement à la Grèce de sortir de la crise de sa dette (plus 300 milliards d'euros), se réunissent à Bruxelles en Belgique dans le cadre d'un sommet sur la crise de l'immigration.

Les quotas obligatoires de répartition de migrants entre les Etats Européens devraient cependant entraîner l'échec du Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Européenne prévu à Bruxelles en Belgique ces jeudi 25 et vendredi 26 juin 2015.

En effet, des divergences fondamentales semblent rendre impossible tout accord entre les Etats membres sur le sujet.

L'Italie et son Premier Ministre Monsieur Matteo Renzi, en première ligne face à l'arrivée massive de migrants ayant traversé la Méditerranée, branle la menace de délivrance de permis de séjour Européen à tous les migrants entrés illégalement sur son territoire. Un tel document permettrait à tout migrant qui en serait muni de se rendre dans n'importe quel autre pays Européen.

Cette option est définitivement écartée par la France qui rejette par ailleurs toute idée d'imposition de quota contraignant par Etat membre.

Une centaine de migrants (africains notamment) sont bloqués depuis quelques jours à la frontière France-Italie (côté italien) empêchés par les forces de l'ordre françaises de traverser par train la frontière commune des deux pays.

Les navires européens de l'opération 'Triton' de sauvetage de migrants en Méditerranée ont ramenés en Italie, seulement durant la journée du lundi, près de 2.500 migrants clandestins partis des côtes libyennes.

Pour rappel, cette opération Triton est destinée à soutenir l'Italie pour faire face à l'afflux de migrants par voie maritime.

Une autre exigence de l'Italie concerne justement ces bateaux de l'opération 'Triton'. Le pays n'est plus disposé à ce que les bateaux ayant sauvé en Méditerranée les clandestins les ramène en territoire italien. Ceux ci devraient plutôt être reconduits dans le pays dont le bateau bat pavillon.

Par ailleurs, les embarcations de transport de fortune utilisées par les passeurs devraient être, à partir de la semaine prochaine, les cibles des frappes de l'opération navale EUNAVFOR MED lancée lundi par l'Union européenne.

La mission de cette opération navale EUNAVFOR MED est d'identifier, de capturer et d'éliminer les bateaux que les passeurs utilisent pour transporter illégalement les réfugiés vers le continent Européen. Le tout conformément au droit international, et notamment aux droits de l'Homme et au droit humanitaire et celui des réfugiés.

AfriqueJet