23
Dim, Avr

Plan européen pour la gestion de la migration irrégulière

Monde
Typographie

Bruxelles, Belgique - Au cours de la session plénière du Parlement européen, mercredi à Strasbourg (France), la Commission européenne a présenté un document visant à créer un nouveau cadre sur la migration à travers une coopération renforcée avec les pays tiers pour mieux gérer les migrations irrégulières.

L'objectif de la nouvelle approche est d'instaurer des partenariats solides avec les pays clés  tout en restant axé sur le sauvetage des vies humaines en mer et le démantèlement des réseaux de passeurs.

A cet égard, la Commission européenne propose la signature des partenariats ciblés qui prendront la forme 'de pactes sur mesure', spécialement avec les pays tels le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Mali, l'Ethiopie, ainsi qu'avec la Tunisie et la Libye.

Les partenariats ciblés seront conçus de manière à produire 'des résultats concrets à court terme' pour sauver des vies en mer Méditerranée, d'augmenter les taux de retour vers les pays d'origine et de transit et de permettre aux migrants et aux réfugiés de rester près de chez eux et d'éviter que des personnes entreprennent des voyages périlleux.

L'action immédiate avec les pays partenaires portera essentiellement sur la gestion des frontières et de migrations y compris la protection des réfugiés.

Les instruments financiers destinés à la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et les déplacements forcés connaîtront une augmentation à travers un fonds fiduciaire pour l'Afrique doté d'une enveloppe de 1 milliard d'euros, dont 500 millions proviendront de la réserve du Fonds européen de développement (FED), et 500 millions des Etats membres de l'UE, ainsi que d'autres partenaires.

Par ailleurs dans le cadre d'un ambitieux plan d'investissement extérieur en Afrique, l'UE entend mobilisé un montant de 3,1 milliards d'euros qui devraient entraîner des investissements pouvant atteindre 31 milliards d'euros, voire potentiellement 62 milliards si les Etats membres y consentent de même que d'autres partenaires, souligne le document.

PanaPress