23
Dim, Avr

Technologies mobiles et apprentissage

Monde
Typographie

Plusieurs initiatives pour renforcer l'apprentissage par les technologies mobiles ont été présentées lors de la Semaine de l'apprentissage mobile 2017, une réunion de cinq jours qui vient de se terminer au siège de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, les sciences et la culture (UNESCO) à Paris.

La Semaine de l'apprentissage mobile qui a pris fin vendredi dernier a été organisée par des spécialistes de l'éducation, du secteur privé et des décideurs et avait pour thème 'L'éducation dans les situations d'urgence et de crise', selon un communiqué des Nations unies publié mardi.

D'après le communiqué, tandis que les applications sur smartphones et des ateliers interactifs ont démontré comment les solutions mobiles pouvaient aider à relever les défis auxquels sont confrontés les déplacés, deux tentes installées par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) sur le site de la conférence ont donné aux participants une idée des conditions de vie et d'apprentissage des réfugiés, telles que l'absence de connexion à internet.

'Tout en étant confrontés à de nombreux obstacles, les apprenants réfugiés ont également le potentiel de transformer les pratiques d'apprentissage', a déclaré l'étudiant et militant communautaire congolais, Roland Kalamo à l'UNESCO. Il vit et étudie dans le camp de réfugiés de Kakuma, au Kenya, et a été un des intervenants à la réunion.

M. Kalamo est également le fondateur du Mouvement des jeunes pour la paix et le changement, une organisation qui éduque les jeunes à Kakuma aux droits de l'homme, à la construction de la paix et à la résolution des conflits à travers des arts comme le cinéma et la musique, les langues, le journalisme et le sport. A travers son organisation, il vise à permettre aux jeunes d'apporter des solutions à leurs propres problèmes.

D'après le communiqué, si l'absence ou l'instabilité de la connexion peuvent être certains des multiples obstacles à l'apprentissage des réfugiés, l'apprentissage mobile - qui permet, via la technologie mobile d'apprendre à tout moment et partout - peut être une opportunité pour eux d'investir dans leurs propres vies et leur avenir.

'Quand un réfugié utilise l'apprentissage mobile, il a les mêmes droits qu'un citoyen normal quelques soient les circonstances', a déclaré M. Kalamo, en ajoutant: 's'ils sont en vie et qu'ils ont accès à l'internet, rien peut leur empêcher d'apprendre'.

D'après un rapport de l'UNHCR - qui a co-organisé cette réunion avec l'UNESCO et l'Union internationale des télécommunications (UIT) - seulement 50 pour cent des enfants réfugiés ont accès à l'enseignement primaire, alors que la moyenne mondiale est de plus de 90 pour cent.

Plus ces enfants grandissent, plus le fossé se creuse: seulement 22 pour cent des adolescents réfugiés sont scolarisés dans le secondaire pour une moyenne mondiale de 84 pour cent. Concernant l'enseignement supérieur, seulement 1 pour cent des réfugiés sont inscrit à l'université, pour une moyenne mondiale de 34 pour cent.

PanaPress 29/03/2017