29
Mer, Mar

Diplomatie préventive, le modèle Africain

Monde
Typographie

INTERNATIONAL - Le chef des affaires politiques des Nations unies, Jeffrey Feltman, a souligné lundi que l'Afrique de l'Ouest pourrait être un modèle pour la façon dont l'ONU peut travailler avec les partenaires locaux pour apporter la stabilité aux régions ou aux sous-régions.

'La situation en Afrique de l'Ouest indique une grande capacité de la région à faire face aux problèmes régionaux', a déclaré Jeffrey Feltman, lors d'une séance d'information au siège des Nations unies à New York, après une semaine de visite au Libéria, en Sierra Leone, au Burkina Faso, en Guinée, en Gambie et au Sénégal.

Selon un communiqué de l'ONU, l'objectif principal de sa visite était de promouvoir le maintien des initiatives de paix au Burkina Faso et en Gambie - deux pays en transition politique. Il a également déclaré que la situation en Guinée-Bissau était également un sujet important de discussion au cours de son voyage.

'La transition en Gambie est un cas très évident de prévention, dans lequel la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union africaine (UA) et l'ONU étaient réunies sous la volonté du peuple gambien', a-t-il soutenu.

En janvier, l'ancien président de la Gambie, Yahya Jammeh, a décidé de faciliter un processus de transition immédiat et ordonné et de transférer le pouvoir au président Adama Barrow après des efforts concertés de médiation de plusieurs dirigeants africains pour aider à résoudre la crise dans le pays suite à la présidentielle en décembre.

'La situation reste cependant fragile. Avec les scrutins législatifs qui auront lieu le 6 avril, la cohésion de la coalition au pouvoir des sept partis sera testée', a-t-il déclaré.

Sur le Burkina Faso, M. Feltman a souligné les progrès accomplis depuis l'investiture du nouveau leader en décembre 2015, y compris l'amélioration des relations du pays avec ses voisins, en particulier avec la Côte d'Ivoire.

Le communiqué a déclaré qu'il a discuté avec le président Roch Marc Chrétien Kaboré et d'autres responsables de la mise en œuvre de réformes clés qui aideront à consolider la stabilité dans le pays, y compris dans les domaines économique et de sécurité.

M. Feltman a déclaré que le Burkina Faso avait réussi à mobiliser le soutien international pour son plan national 2016-2020 pour le développement économique et social, les donateurs s'étant engagés à verser 28,6 milliards d'euros lors d'une conférence en décembre.

M. Feltman a souligné les contributions de la CEDEAO et du Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS) aux transitions de ces pays.

'Travailler avec les acteurs locaux et les organisations sous-régionales peut rendre les Nations unies plus efficaces dans la prévention', a-t-il déclaré, soulignant la nécessité de s'appuyer sur l'effet de levier et la crédibilité des partenaires locaux à l'intérieur des pays.

'Par exemple, la présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, qui préside la CEDEAO, parle à ses collègues chefs d'Etat en Afrique de l'Ouest comme un pair et comme quelqu'un avec un réel levier et de la crédibilité sur le terrain', a-t-il noté.

PanaPress 08/03/2017