25
Jeu, Aoû

Greenpeace accuse le groupe Bolloré de déforestation en Afrique

Société
Typographie

Le groupe Bolloré contribuerait, par l'entremise de l’entreprise Socfin (Société Financière des caoutchoucs), à la déforestation dans plusieurs pays africains. La Société Financière des caoutchoucs est, rappelons le, chargée des investissements dans des plantations situées en forêts tropicales.

La majorité des actions de cette Société Financière des caoutchoucs étant détenue par le Groupe Bolloré, Greenpeace France demande à son président-directeur général à s’engager immédiatement contre la déforestation.

Cette demande fait suite à une enquête menée par l'organisation dont le rapport intitulé 'Menaces sur les forêts africaines' a été rendu public ce mardi.

Selon ledit rapport, les projets d’expansion des plantations de la Société Financière des caoutchoucs (Socfin) dans plusieurs pays africains menaceraient des forêts denses, des écosystèmes indispensables à la préservation des équilibres climatiques, à la sauvegarde de la biodiversité ainsi qu’au maintien des conditions de vie des populations locales.

Greenpeace France indique également que 'certaines concessions jouxtent des écosystèmes uniques comme à Sao Tomé où les plantations de la Socfin s’étendent au sein de la zone tampon d’un Parc Naturel national. Or, contrairement à ses principaux concurrents du secteur de l’huile de palme, la Socfin n’a pas de politique visant à empêcher la déforestation dans ses projets'.

En République démocratique du Congo (RDC) et à Sao Tomé-et-Principe, les concessions de la Socfin incluraient des forêts primaires, mais aussi des forêts secondaires ou en régénération qui stockent d’importantes quantités de carbone.

Greenpeace France souhaiterait que la Socfin prenne un engagement immédiat sur une politique de plantation zéro déforestation crédible et respectueuse des droits des communautés locales. Elle fait part à Vincent Bolloré, PDG du Groupe Bolloré, de la responsabilité de son groupe et lui demande d’user de son influence pour que cesse cette situation le plus rapidement possible.

L'Organisation de préservation de l'environnement Greenpeace France déclare : 'Notre objectif est que les forêts africaines ne connaissent pas le sort des forêts indonésiennes et malaisiennes. Les investisseurs doivent s’engager dès aujourd’hui à adopter des politiques zéro déforestation et le Groupe Bolloré ne peut pas se dédouaner de sa responsabilité à l’égard des pratiques de la Socfin ».

AfriqueJet