COP21 : financement CAFI pour la RD Congo

Monde
Typographie

A l'issue de la Conférence sur le Changement climatique de Paris (COP21), un accord universel a été adopté par consensus entre les représentants des 195 Etats parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui y ont participé du 30 novembre 2015 au 11 décembre 2015 au Bourget en France.

La RD Congo aura profité de cette rencontre internationale pour solliciter le financement de son plan d'investissement REDD+ d'un montant estimé à près d'un milliard de dollar américain dont le quart sera mobilisé auprès de l'Initiative Forêt d'Afrique Centrale (CAFI).

Regroupés au sein de la CAFI (Initiative Forêt d'Afrique Centrale), des bailleurs de fonds bilatéraux dont l'Union Européenne (UE), la Norvège, la France, la Grande Bretagne et l'Allemagne se sont  engagés à prendre leur part dans le financement de la gestion durable des forêts de l'Afrique Centrale dans le cadre du mécanisme de Réduction des Émissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des Forêts (REDD+).

Les représentants de la République Démocratique du Congo présents Paris pour la circonstance ont tenu à saluer cet engagement des partenaires internationaux du pays. Le Ministre des Finances Henri Yav Mulang également tenu à rappeler l'importance que le Gouvernement de la RD Congo accorde à ce processus.

C'est d’ailleurs le raison pour laquelle le pays s'est engagé à disposer d'une loi sur l'aménagement du territoire intégrant la forêt comme à préserver, à renforcer la gouvernance locale afin de définir une vision commune et partagée de l'utilisation des terres et des ressources naturelles, à examiner les possibilités d'orienter l'agriculture à grande échelle dans les anciennes concessions ou des zones de savane, conformément aux plans de zonage et à clarifier et sécuriser les droits fonciers des populations.

AfriqueJet