28
Mer, Sep

Cybercriminalité en Afrique : les pays les plus ciblés

Actualité
Typographie

Les statistiques du mois d'octobre 2015 du Threat Cloud World Cyber Threat Map de Check Point Software Technologies viennent d'être publiées. Selon les chiffres annoncés, IT News Africa semble désigner la Tanzanie comme étant le pays le plus attaqué dans le monde en termes de cyber-crime.

En plus de la Tanzanie, six autres pays africains figurent parmi les 20 pays les plus ciblés dans le monde par la cyber-criminalité. Il s'agit du Malawi (4ème), de la Namibie (5ème), de l'île Maurice (7ème), de la Tunisie (8ème), de l'Ethiopie (9ème), du Nigeria (20ème), du Kenya (52ème) et de l'Afrique du Sud (67ème).

Le directeur national de Check Point Afrique du Sud, Doros Hadjizenonos, a expliqué cette situation de fragilité technologique de ces pays africains en ces termes : 'beaucoup de pays africains ont bien développé des réseaux Internet mobiles qui rendent abordable le coût de la ligne en illimité. Les pirates ciblent souvent les pays les moins développés derrière l'Afrique du Sud et le Kenya en matière de sécurité informatique, pour avoir accès par porte dérobée dans les grands pays ou organisations'.

Avant d'ajouter que 'les pirates pourraient exploiter les contrôles de sécurité plus faibles en Tanzanie pour gagner l'entrée dans le plus grand réseau de la banque. C'est la raison pour laquelle des liens des tiers devraient être soumis à des contrôles encore plus stricts en matière de sécurité'.

Il faut reconnaître que la fragilité technologique et informatique s'accroît de semaine en semaine. En effet, à titre d'exemple, rien que l'utilisation du logiciel malveillant Fareit aurait fait un bond spectaculaire de 93 jusqu'au numéro 10.

Pour information, ce logiciel malveillant Fareit est connu pour faciliter le vol d'informations d'identification des utilisateurs de navigateurs Web et des e-mails.

Au directeur national de Check Point Afrique du Sud d'ajouter : 'les données montrent la manière établie dont les familles de logiciels malveillants sont encore utilisées pour essayer de se tailler une place sur les réseaux des organisations, et mettent en évidence l'émergence rapide de nouveaux types d'attaques. Il est facile pour les pirates de faire de petits changements au code malveillant pour leur permettre de contourner les défenses classiques, faisant ainsi que les entreprises ont besoin de déployer des technologies avancées telles que Check Point Sandblast qui peuvent empêcher les logiciels malveillants de pénétrer dans leurs réseaux. En mettant en évidence les principales familles de logiciels malveillants et les tendances, les organisations peuvent mieux comprendre les méthodes que les pirates favorisent actuellement, et prendre des mesures pour renforcer leur sécurité'.

AfriqueJet