AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Mar07292014

Last updateMar, 29 Juil 2014 10pm

Back Information News Afrique Ouest Réserves extérieures brutes du Nigeria

Réserves extérieures brutes du Nigeria

La MPC tire la sonnette d'alarme sur l'épuisement des réserves extérieures brutes du Nigeria - La commission de politique monétaire du Nigeria (MPC) a exprimé ses inquiétudes mardi suite à l'épuisement des réserves extérieures brutes. Un communiqué de la MPC indique que les réserves extérieures brutes du Nigeria s'élèvent à 42,85 milliards de dollars américains au 31 décembre 2013, ce qui représente une baisse de 0,98 milliard ou 2,23 pour cent comparés aux 43,83 milliards enregistrés en fin décembre 2012.


La commission a annoncé que le compte d'excédent de pétrole brut du Nigeria enregistre également une effrayante tendance à la baisse, ce qui nécessite un contrôle budgétaire  urgent

La commission a souligné que la baisse du taux des réserves provient largement du ralentissement  des flux de portefeuille et des investissements directs étrangers au quatrième trimestre de 2013, ce qui a provoqué l'augmentation des financements dans les marchés du change par la Banque centrale du Nigeria pour stabiliser la monnaie.

Le MPC a clairement exprimé ses inquiétudes sur l'épuisement continu du compte d'excédent de pétrole brut.

D'après les chiffres du MPC, la balance du compte d'excédent de pétrole brut s'élève à moins de 2,5 milliards de dollars au 17 janvier 2014, comparés aux 11,5 milliards de dollars enregistrés en décembre 2012.

D'après le gouverneur de la Banque centrale, Sansui Lamido Sanusi, qui préside la commission 'cette absence de mécanismes budgétaires a augmenté notre dépendance aux flux de portefeuille ce qui constitue ainsi le principal risque pour la stabilité du taux d'échanges, surtout avec les incertitudes liées aux flux des capitaux et aux cours du pétrole”.

“Maintenant que les rentrées de fonds commencent à baisser, nous devons être en mesure de garder nos revenus du pétrole. Nous devons être en mesure de mettre un terme au vol de pétrole, au vandalisme, aux pertes et de mettre de côtés nos revenus afin de développer nos réserves. C'est une question budgétaire parce que les cours du pétrole sont en moyenne de 110 dollars plus', a-t-il délcaré.

'La baisse entre 2012 et 2013 était inférieure à 2 dollars le baril. Il n'y a absolument aucune raison pouvant justifier la chute de 8 trillions à moins de 7 trillions en un an alors que les cours et la production n'ont pas baissé', a-t-il ajouté.

La commission a ré-affirmé son engagement en faveur d'un régime stable de taux d'échanges et a sollicité l'aide des autorités afin de réduire les évasions fiscales, améliorer les contrôles sur les revenus du pétrole et de revoir les termes sur les accords de partage de la production avec les compagnies pétrolières en attendant le vote du projet de loi pour l'industrie pétrolière.

La commission a, également, souligné la nécessité d'une réponse de politique monétaire supplémentaire pour garantir la durabilité de la stabilité du taux d'échanges et la convergence des taux dans différents secteurs.

Le MPC est une commission de la Banque centrale du Nigeria qui a pour mandat de faciliter  la réalisation de la stabilité des prix et d'appuyer la politique économique du gouvernement fédéral.

Elle regroupe le gouverneur de la Banque centrale, qui la préside, les quatre gouverneurs adjoints de cette même banque, deux membres du Conseil d'administration de la Banque, trois membres nommés par le président et deux membres nommés par le gouverneur.

Pana 24/01/2014