Actualités en ligne

Actualité & Information France Afrique

Jeu12182014

Last updateJeu, 18 Déc 2014 9am

Articles

Nigeria : Une approche non-militaire pour combattre Boko Haram

Sécurité et lutte contre Boko Haram au Nigeria - Le conseiller nigérian à la sécurité nationale, (Nigerian National Security Adviser, NSA), le colonel Mohammed Sambo Dasuki, a lancé mardi, une approche 'douce' non-militaire pour lutter contre le terrorisme et les opérations des insurgés dans le Nord-Est du Nigeria, fief de Boko Haram.

Il a expliqué que la nouvelle initiative va s'appuyer sur les structures existantes au sein et en dehors du gouvernement pour lancer des programmes et des activités ciblés dans le but d'endiguer la vague de radicalisation qui mène au terrorisme.

Le Cl. Dasuki a indiqué que la nouvelle approche, qui sera mise en œuvre de manière verticale, impliquant les trois niveaux de gouvernement (Fédéral, d'Etat et local), et horizontal, impliquant la société civile, les intellectuels, les chefs traditionnels, religieux et des communautés', va inclure la mise en œuvre d'une politique de redressement économique à la fin de l'état d'urgence dans les Etats d'Adamaoua, de Borno et de Yobe.

Cette approche douce mise au point pour lutter contre les initiatives des terroristes va, selon le colonel  Dasuki, s'appuyer sur les principes que le terrorisme est non-islamique, qu'il est contre les musulmans.

Elle va également s'appuyer sur les principes d'encouragement et de responsabilisation des musulmans à dénoncer le terrorisme et à s'assurer du concours des relations entre musulmans et chrétiens pour mettre un terme à l'objectif désespéré des terroristes de déclencher une guerre confessionnelle et que la lutte contre le terrorisme est apolitique, car le gouvernement va lancer la collaboration entre parties pour combattre les opérations terroristes.

Selon le Conseiller à la sécurité,  “Nous appuyant sur notre compréhension des causes économiques profondes du terrorisme et des meilleures pratiques pour les combattre, nous travaillerons avec les gouverneurs des six Etats du Nord-Est du Nigeria pour élaborer un programme de relance économique en faveur des Etats les plus touchés par le terrorisme.

'Travaillant avec différentes parties prenantes, nous sommes actuellement en train d'élaborer un programme de relance économique au niveau régional', a-t-il fait remarquer.

En décembre 2013, le président Goodluck Jonathan avait exhorté les leaders de la région du Nord-Est et du NSA à développer un plan conjoint de développement régional qui servira de base pour le partenariat entre l'Etat et la fédération pour revitaliser l'économie de la région.

Le Cl. Dasuki a déclaré : “Une commission inter-ministérielle va regrouper les ministères de
l'Agriculture, de l'Énergie, des Finances, des Travaux, des Ressources en Eau, de la Santé, de l'Éducation, des Transports, de la Communication, de la Culture et du Tourisme, de l'Industrie, du Commerce et des Investissements, du Développement des Minerais Solides, de la Science et de la Technologie, du Développement des Jeunes, et des Terres et de l'Habitat, et du SMEDAN, du Bureau du Budget, de la Commission nationale de la Planification, des partenaires au développement. Mon Bureau travaille actuellement avec la région sous l'égide de l'Initiative présidentielle pour le Nord-Est, (Presidential Initiative for the Northeast, PINE)'.

“Une fenêtre d'opportunités s'ouvre parce que les communautés affirment déjà leur préférence pour la paix et la stabilité après avoir réalisé le danger que représente l'extrémisme violent, aussi bien sur le plan social, psychologique qu'économique. De plus en plus de communautés fournissent des renseignements rapides et efficaces pour la sécurité des forces qui ont mené à la capture d'extrémistes violents ou à de caches d'armes'.

'Nous réalisons que chaque Nigérian a un rôle à jouer dans la lutte contre l'extrémisme. L'approche douce nous offre un cadre qui identifie les rôles et les responsabilités de chaque segment de notre  société : les gouverneurs, les présidents de gouvernements locaux, nationaux et d'Etat et les membres des Assemblées d'Etat, les partis politiques, les syndicats, le secteur privé, les institutions traditionnelles, les ministres et les officiels du gouvernement, les intellectuels, en fait une approche globale impliquant la société toute entière de manière verticale et horizontale dans la lutte contre l'extrémisme violent”.

Le Cl. Dasuki a salué “les énormes sacrifices consentis par nos armées et nos policiers. Nous devons, également, avoir une pensée pieuse pour nos disparus, des communautés entières ont été pillées et on a enregistré un nombre croissant d'orphelins et de victimes dont un grand nombre d'enfants.

'Lorsque nous regardons ces dommages incommensurables et ressentons la douleur et la perte, nous devons nous rappeler que la seule chose qui nous reste à faire, est de nous dresser contre cette violence. Nous pouvons le faire, que nous soyons ou non dans le gouvernement;  ou parce nous avons une certaine influence sur des gens que nous pouvons mobiliser par nos paroles ou par nos bonnes actions, tendre la main à nos voisins et nous consulter mutuellement, fournir des renseignements lorsque nous suspectons quelque chose et  créer des passerelles de confiance qui garantissent la collaboration”, a souligné le colonel Dasuki.

Le NSA a également reconnu les efforts de la presse dans la lutte contre le terrorisme et a affirmé que “Bien que nous ayons dès fois des positions divergentes, une analyse objective de la presse nigériane depuis le début de cette insurrection montre que la presse est aux côtés du peuple nigérian au risque de mettre en péril sa sécurité et ses activités”.

Il a assuré les Nigérians que “le gouvernement fait de son mieux pour protéger les vies et les biens. Nous avons élaboré un programme inclusif et nous sommes ouverts à de nouvelles idées ou à toute contribution du public'.

'Nous avons, également mis sur pied un cadre de surveillance et d'évaluation pour le suivi de la mise en œuvre de chaque phase du programme et nous allons publier nos rapports et partager nos meilleures pratiques”.

Pana 19/03/2014