AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Sam08022014

Last updateVen, 01 Aoû 2014 10pm

Back Information News Afrique Ouest Un journaliste ghanéen agressé par un militaire

Un journaliste ghanéen agressé par un militaire

La MFWA condamne l'agression d'un militaire contre un journaliste ghanéen – L’organisation de défense des droits de la presse basée à Accra , la Fondation des Médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFWA), a fermement condamné l'attaque sur Geoffrey Buta, un journaliste ghanéen travaillant pour le journal appartenant à l' Etat, le 'Ghanaian Times'.

La MFWA a déclaré, dans un communiqué, que le journaliste a été agressé par un militaire à Tamale, dans le Nord du Ghana pendant qu’il assistait  à une conférence de presse. Le militaire qui a été identifié sous le nom de Boam a détruit l'appareil photo du journaliste et a saisi sa tablette.

' La MFWA condamne fermement cette attaque et exige que le haut commandement militaire prenne les mesures appropriées contre Boam et avertisse ses  hommes de  s'abstenir d'attaquer les journalistes quand ils s'acquittent de leurs obligations professionnelles ‘‘, souligne le communiqué.

Selon la MFWA, Buta assistait à une conférence de presse organisée par la Police pour  informer les journalistes sur des affrontements qui ont eu lieu entre certains jeunes appartenant au  Congrès national démocratique au pouvoir et ceux du principal parti d'opposition, le Nouveau parti patriotique.

Lors de la conférence de presse, Buta a assisté à une confrontation entre certains membres du personnel militaire et des jeunes  à proximité et a décidé d'aller prendre des photos. Un  militaire, qui a été seulement identifié sous le nom de Boam, s’est dirigé sans aucun avertissement vers Buta, l’a agressé, détruit son appareil photo et saisi sa tablette.

' Il s’est dirigé directement vers moi  et a commencé à demander mon appareil photo. Au moment où j’essayais de résister, il a frappé mes mains avec un bâton. L’objectif de mon appareil photo a été détruit dans cette lutte, puis il a  pris l’appareil photo', a déclaré le journaliste à la MFWA.

Le lieutenant Tamakloe, qui était à la tête du groupe de militaires, a indiqué au journaliste qu’il récupérera sa tablette mais qu’il ne pouvait pas fournir d’assurances concernant son appareil photo qui avait été détruit par le soldat.

Pana 19/03/2014