Mer11262014

Last updateMer, 26 Nov 2014 10pm

Back Information News Afrique Ouest Accrochage entre gendarmes et trafiquants de carburant au Togo

Accrochage entre gendarmes et trafiquants de carburant au Togo

Sécurité - Un accrochage entre une patrouille de la gendarmerie nationale et un groupe de trafiquants de carburant illicite aux environs de la ville de Bassar, Nord-Ouest du Togo, a fait 4 morts samedi, dont le Commandant de la brigade de la gendarmerie de la localité, a appris la PANA de sources officielles, ce lundi à Lomé.

« Alors qu’ils effectuaient une patrouille de routine, les éléments de la gendarmerie nationale ont tenté d’intercepter des trafiquants de produits pétroliers en leur intimant l’ordre de s’arrêter. Ces derniers, au lieu d’obtempérer aux injonctions à eux faites, ont ouvert le feu sur les gendarmes au moyen de fusils d’assaut automatiques avant de prendre la fuite », indique un communiqué du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Colonel Damehame Yark, publié dans le quotidien gouvernemental, Togo presse, paru ce lundi.

Malheureusement, souligne le communiqué, « la riposte des gendarmes et les échanges de coups de feu qui s’en sont suivis ont occasionné sur les lieux 4 morts par balles dont le Commandant de la brigade de Bassar et 3 trafiquants».

Les opérations de ratissage organisées par la gendarmerie ont permis l’interpellation de 3 trafiquants fuyards et la saisie de 3 véhicules, révèle le communiqué du ministre.

La gendarmerie a ouvert une enquête pour faire la lumière sur cet accrochage au cours duquel un commandant de brigade de la gendarmerie a perdu la vie.

C’est la première fois que des trafiquants de carburant illicite ouvrent le feu sur des éléments des forces de sécurité lors d’un accrochage, rappelle-t-on, car, souvent, au Sud du pays, vers la frontière-Est avec le Bénin, des accrochages entre forces de sécurité et trafiquants sont courants, mais jamais des coups de feu n’avaient encore été tirés et l’on n'avait pas déploré de mort d’homme, mais seulement des blessés.

Avec l’augmentation chaque année du prix des produits pétroliers (ndlr : le dernier date du 16 janvier dernier), a-t-on constaté, le trafic de carburants illicite s’est développé, car ces produits sont parfois 20 à 30% moins chers comparativement aux prix pratiqués à la pompe dans les stations-service.

Pana 18/03/2014