AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Sam08302014

Last updateVen, 29 Aoû 2014 10pm

Back Information News Afrique Ouest Suites de la grève générale au Bénin

Suites de la grève générale au Bénin

Dialogue de sourds entre centrales syndicales et gouvernement béninois - Le gouvernement béninois et les centrales syndicales entretiennent un dialogue de sourds depuis le déclenchement le 7 janvier dernier d’une grève générale de 72 heures par semaine, selon des observateurs avertis.

Si l’exécutif béninois et les centrales syndicales béninoises ont habitué les populations à du sur place lors des négociations, les échecs répétés de celles enclenchées suite au débrayage de janvier dernier ne laissent personne indifférent.

Outre les appels au dialogue de leaders, élèves, étudiants et autres groupes de pression, des grognes   fusent de partout sans que les protagonistes ne se sentent pressés de conclure les négociations.

La sixième séance de négociation qui s’est tenue  devant le chef de l’Etat lui-même, avec un relevé et des conclusions fortement médiatisées,  semble ne pas encore convaincre les centrales syndicales qui s’en remettent à leur base pour la décision à prendre.
Lors de cette rencontre, les sept points des revendications ont été abordés. Il s’agit entre autres, de la demande des enseignants relative au bénéfice de revalorisation de 25% du traitement indiciaire. Le gouvernement a promis de reverser la revendication au cadre de concertation pour étude et propositions.

Au sujet du relèvement du préfet de l’Atlantique-Littoral et du commissaire central de Cotonou, le président de la République a indiqué que les éléments à sa disposition à l’étape actuelle, ne lui permettent pas de prendre une décision conséquente et qu’il est souhaitable de laisser poursuivre la procédure en cours devant les juridictions compétentes.

Sur la question des concours entachés d’irrégularités, une des revendications des centrales syndicales, le président de la République a rassuré que  le rapport de la commission instruite pour connaître du dossier, déposera son rapport au plus tard ce lundi.

Concernant les libertés publiques, le président de la République, tout en prenant note des déclarations des syndicalistes victimes auxquels il a présenté les excuses de la République, a rassuré les syndicats que des dispositions sont prises afin que les événements du genre de ceux du 27 décembre 2013 ne se reproduisent plus.

S'agissant du relèvement du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), le Chef de l’Etat a demandé que le décret y relatif soit présenté en Conseil des ministres pour approbation. Au sujet de l’actualisation du décret portant cadre de concertation, des instructions ont été données aux fins de procéder à ladite actualisation dans les meilleurs délais, et il a été également décidé de la poursuite des négociations par les ministres avec les syndicats au niveau sectoriel.

Bien que les principales centrales syndicales subordonnent la reprise du travail à la position de leur base qu’ils consultent dès ce lundi à travers des assemblées générales organisées sur toute l’étendue du territoire national, le Front des syndicats des trois ordres d’enseignement lui, a déjà appelé ses membres à poursuivre la grève.

Devant ce dialogue de sourds qui ne présage de rien de bon pour l’année académique et l’économie béninoise, le président du Conseil national du patronat du Bénin (CNPB), M. Sébastien Ajavon, a rencontré vendredi les centrales syndicales pour leur demander de suspendre le mouvement pendant un mois afin de permettre au gouvernement de résoudre les problème soulevés.

Pana 17/03/2014