AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Ven08222014

Last updateJeu, 21 Aoû 2014 7pm

Articles

Réaliser un consensus politique en Libye

Appel aux partis politiques en Libye pour réaliser le consensus - Il est indéniable que la Libye est confrontée à une crise politique, sociale, économique et sécuritaire la plus grave depuis trois ans, après la chute du régime de Mouammar Kadhafi et qui pourrait faire voler en éclats le rêve des Libyens de la construction d'un Etat démocratique fondé sur la loi, la justice et l'alternance pacifique au pouvoir.

Ce rêve des Libyens doit se réaliser à travers les urnes loin de toutes les formes de marginalisation et d'exclusion, sous peine de voir la Libye sombrer dans l'inconnu, écrit lundi l'agence de presse libyenne Lana dans un commentaire sur la situation politique dans le pays.

Selon Lana, les causes de cette grave crise s'articulent essentiellement autour des luttes entre les partis politiques et des luttes tribales et régionales pour des intérêts étroits en vue d'accéder au pouvoir. Cette situation s'est manifestée sous la coupole du Congrès national général (CNG), élu en juillet 2012 dans les premières élections jamais organisées dans le pays depuis un demi siècle.

A cela s'ajoutent les luttes pour contrôler le pétrole qui a été liée aux orientations fédéralistes, un système dont l'application en Libye remonte à la moitié du siècle dernier qui a montré ses limites quelques années seulement après l'indépendance du pays, rappelle Lana qui précise que le roi Idriss Senoussi l'avait abandonné.

Le conflit dans le sud libyen motivé par la volonté des antagonistes de contrôler le trafic des marchandises,  la traite des personnes ainsi que le commerce de la drogue et des armes en plus des luttes entre les composantes sociales en Libye ayant trait à l'identité et à la race dans certaines région de Jebal Gharbi (ouest) et dans le sud, ont été cités dans le commentaire de la Lana comme faisant partie des causes de cette crise.

Le commentaire a évoqué aussi les luttes  sous couvert de la religion dont les racines s'étendent sinueusement pour attiser les dissensions.

La Lana a exhorté toutes les franges du peuple libyen à faire preuve de responsabilité et d'esprit consensuel pour élire rapidement un nouveau Premier ministre et régler les dossiers chauds notamment la lutte contre la prolifération des armes à travers la promotion du dialogue sérieux et responsable en rejetant la violence et le terrorisme.

La nécessité pour toutes parties en Libye de régler leurs différends par des procédés pacifiques loin de l'usage de la force et de la menace ainsi que l'adhésion au processus de réconciliation nationale sur la base de 'la Libye pour tous avec tous', ont été énumérés par la Lana comme  facteurs contribuant à régler cette crise, avertissant qu'il est impossible pour quelconque parti politique ou composante sociale de réaliser une réussite si la Libye perd.

Le gouvernement de Zeidan a sans conteste échoué à résoudre les dossiers chauds, a reconnu la Lana, soulignant que les raisons de cet échec demeureront un obstacle devant tout autre future gouvernement tant que toutes les parties politiques ne s'accorderont pas sur une solution satisfaisant tout le monde.

Mais le Congrès qui a voté le retrait de confiance contre Ali Zeidan assume sans doute une grande part de responsabilité dans les efforts visant à trouver un consensus entre les franges de la société libyenne pour la formation d'un gouvernement national fort au lieu d'exprimer sa joie à l'égard du limogeage de Zeidan, a écrit la Lana.

Selon le commentaire de la Lana, les racines de la crise en Libye se trouvent aussi dans la prolifération des armes et la montée en puissance de certaines forces tribales et politiques grâce à ces armes illégales.

La recomposition de la carte politique  à l'intérieur du Congrès après les élections législatives de 2012 à travers les députés qui s'étaient présentés en tant que indépendants et qui ont rejoint des blocs politiques faisant changer les rapports de force entre les courants politiques ce qui a servi d'obstacle à l'action du gouvernement.

La Lana a, en guise de conclusion de son commentaire, appelé le Congrès à assumer ses responsabilités et à pousser en vue de l'ouverture d'un dialogue national sérieux au nom de la Libye et l'accélération de la mise en œuvre de la feuille de route conformément au projet de la commission de Février pour sortir le pays de cette impasse.

Pana 17/03/2014