AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Mar09022014

Last updateMar, 02 Sep 2014 11pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Sud Monnaie: Baisse du Kwacha, la monnaie zambien

Monnaie: Baisse du Kwacha, la monnaie zambien

Les inquiétudes demeurent suite à la baisse de la monnaie nationale le Kwacha - Les inquiétudes persistent suite à la baisse de la monnaie nationale en Zambie, le Kwacha, malgré les 178 millions de dollars américains injectés par la Banque centrale du pays pour réduire la volatilité de la monnaie par rapport au dollar américain.

Le Kwacha a atteint, ce mois, son plus bas niveau et s'échange à 6 K pour un dollar américain.
Depuis 2013, la monnaie zambienne a perdu plus de 20% de sa valeur, ce qui a en fait une des monnaies ayant enregistré les plus fortes baisses en Afrique.

Le gouverneur de la Banque centrale de la Zambie, (Bank of Zambia, BOZ), Michael Gondwe a révélé que son institution a injecté 178 millions de dollars américains sur le marché afin de soutenir l'offre relativement faible en devises étrangères et une volatilité modérée dans le marché des changes.

M. Gondwe a déclaré que les récents développements sur le marché des changes ont suscité les inquiétudes non seulement de la banque, mais aussi du public en général et dans certains cas, cela a même conduit à un comportement spéculatif et à un achat de devises provoqué par la panique, ce qui a augmenté la pression sur les taux de change.

Le BOZ va continuer à intervenir sur le marché dans le but de réduire la volatilité et de constituer des réserves en devises étrangères, a-t-il fait remarquer.

Selon la Banque, au cours de l'année 2013, le Kwacha a baissé par rapport au dollar américain respectivement de 4,9%, 3,6% par rapport à la Livre Sterling et de 8,3% par rapport à l'euro, et affiche une hausse de 10,7% par rapport au rand.

Depuis début  2014, les taux de change du Kwacha par rapport aux devises de ses principaux partenaires commerciaux ont, également, affiché une tendance à la baisse.

La Banque centrale révèle qu'à la date du 10 mars 2014, le Kwacha a baissé de 7,8% par rapport au dollar américain et s'échange en moyenne à 5,9406 K pour un dollar, alors qu'il s'échangeait en moyenne à  5,5126 K pour un dollar à la clôture en décembre 2013.

La monnaie locale a, en outre, respectivement baissé de 8,5 et de 8,7% par rapport à la Livre britannique et à l'euro au cours de cette période.

Cette baisse du taux de change du Kwacha serait due à des facteurs internationaux et locaux.
Parmi eux, la récente décision du Conseil d'administration des réserves fédérales américaines de réduire le montant des liquidités en dollars américains fournies par le biais de son programme d'assouplissement quantitatif, ce qui a largement affecté plusieurs marchés émergents dont celui de la Zambie.

Par conséquent, les marchés émergents de change ont généralement chuté par rapport au dollar depuis le début de l'année, souligne la Bank of Zambia.

La baisse du Kwacha est, également, attribuée au cours moyen du cuivre qui est passé en moyenne à 7.010 dollars américains la tonne en fin février 2014 contre 7.360 dollars américains la tonne en décembre 2013. La Zambie dépend à environ 70% du cuivre pour ses revenus à l'exportation.

Cela a un impact négatif sur le Kwacha à cause du lien étroit entre les cours du cuivre et les sentiments de marché du taux d'échange entre le Kwacha et le dollar.

La baisse des cours du cuivre est principalement attribuée à la faible demande venant de la Chine, qui exerce une forte influence sur l'économie mondiale. Les cours modérés du cuivre ont dans une certaine mesure amoindri l'optimisme des investisseurs.

Un analyste, Hjoe Moono, a souligné que bien que la Zambie ne soit pas le seul pays à connaître la baisse de sa monnaie, le kwacha a atteint son plus bas niveau depuis 1964 et soulève de vives inquiétudes qu'on ne saurait passer sous silence.

“Notre rôle aujourd'hui consiste à mettre en exergue les conséquences que cette baisse persistante en valeur aura et aussi offrir d'éventuelles options réalisables à mettre en œuvre par le gouvernement dans la poursuite du développement de notre pays”, rapporte la presse locale citant  M. Moono.

“Devons-nous nous inquiéter de cette baisse ? Oui ! Nous devons le faire, mais nous devons aller au-delà, nous devons y remédier le plus tôt possible”, a-t-il ajouté.

M. Moono a déclaré qu'il présume que la baisse continue du Kwacha va provoquer la hausse des coûts des importations de pétrole et des biens d'équipement et la baisse de la demande en exportations de même que le coût de la main-d'œuvre, entre autres, facteurs de production tels que l'électricité et le transport, provoquant la hausse des prix des exportations ce qui les rendrait du coup non compétitives.

“Le pays doit se préparer à connaître une hausse des prix du carburant, du transport et de l'électricité et de l'eau, conséquence de cette baisse de la monnaie”, a-t-il prévenu'. En somme, la baisse du Kwacha va finalement provoquer une baisse sensible des conditions de vies des Zambiens. Sur ce point, l'économie de notre chef suprême semble lui faire défaut”.

M. Moono a proposé que le gouvernement prenne des mesures politiques pour réduire les importations non nécessaires qui exercent une pression sur la demande en devises étrangères.

Il a, en outre, déclaré qu'en plus de taxes plus élevées qui pourront également faire entrer des recettes, les restrictions quantitatives strictes sur les importations de produits non-essentiels devraient, également, être imposées. L'analyste a également, suggéré au gouvernement de réduire sa propension aux prêts.

“L'émission d'obligations souveraines libellées en dollars dans un pareil contexte de crise est une entreprise risquée et le gouvernement ferait mieux de réduire sa propension apparente aux prêts”, a-t-il déclaré avant d'ajouter que les importations de pétrole devraient être minutieusement étudiées comme elles ont l'énorme capacité de déclencher l'inflation locale et un malaise social entre les citoyens.

Un économiste, Oliver Saasa, a salué le gouvernement pour avoir injecté 178 millions de dollars sur le marché pour consolider la valeur du kwacha.

Le Pr Saasa a déclaré que la Zambie étant un grand pays d'importation, l'injection du dollar sur le marché rendrait les importations moins chères et que le Kwacha se renforcerait par rapport au dollar américain.

“Justifiée par les énormes difficultés auxquelles le Kwacha est confronté face au dollar, la décision du gouvernement est très appréciée comme elle rend les importations plus abordables, surtout que la  Zambie est un grand pays d'importation”, a déclaré M. Saasa aux journalistes.

Il a cependant souligné la nécessité de mettre en place des mesures durables visant à renforcer le Kwacha, vu que l'actuelle décision d'injecter certaines devises étrangères dans le marché n'est qu'une mesure à court terme et pourrait mettre la pression sur les réserves en devises étrangères du pays.

“Le gouvernement doit renforcer ses politiques, notamment redonner confiance aux investisseurs, assurer le respect du paiement des impôts par le secteur minier et la stabilité politique et économique.

“Nous devons nous attaquer aux causes profondes de notre situation en mettant de l'ordre chez nous afin de redonner confiance aux investisseurs et inciter le secteur minier dans le pays au respect du paiement des impôts', a déclaré M. Saasa.

Par Mildred Mulenga, correspondant de la PANA à Lusaka

Pana 17/03/2014