AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Lun07282014

Last updateLun, 28 Juil 2014 12pm

Articles

Poursuite de la grève au Bénin

Le Front des syndicats béninois de l’enseignement appelle à la poursuite de la grève - Le Front des syndicats des trois ordres d’enseignement appelle ses militants à poursuivre le mouvement de grève en cours estimant que la conclusion de la séance de négociation avec le chef de l’Etat n’a pas comblé les attentes.

Dans un communiqué transmis ce dimanche à la PANA, le Front des syndicats des trois Ordres d’enseignement, après un décryptage minutieux des échanges entre le chef de l’Etat et les centrales, les confédérations et la Fesyntra -Finances au palais de la République tiennent à faire remarquer que « le relevé de décisions, en l’état, n’a pas comblé toutes les attentes des enseignants pour ce qui constitue leurs revendications spécifiques, objet de la motion du front en vigueur depuis le 24 janvier 2014 ».

« Le Front invite les enseignantes et enseignants des sous-secteurs de la maternelle, du primaire et du secondaire à poursuivre résolument le mouvement de grève pour ne pas retomber une fois de plus dans la duperie gouvernementale déjà vécue en 2012 », indique le communiqué.

Tout en saluant la reconnaissance par le chef de l’Etat des défalcations arbitraires de 2012 comme une dette et l’engagement de sa rétrocession, ils exigent  la précision des modalités de remboursement dans les meilleurs délais, de même que pour  la jouissance échelonnée des 25% du point indiciaire accordés à tous les fonctionnaires publics.

Les responsables du Front déplorent que les 25% de revalorisation du point indiciaire accordés à tous les agents de l’Etat en août 2011 soient toujours confondus par le gouvernement à l’allocation d’incitation à la fonction enseignante déjà accordée aux enseignants depuis 2005.

Depuis le 7 janvier dernier, rappelle-t-on, l’administration publique béninoise est paralysée par un mouvement de débrayage de 72 heures par semaine, suite à la répression le 27 décembre dernier, d’une marche pacifique des centrales syndicales pour exiger la préservation des libertés fondamentales.

Suite à cette répression, les centrales syndicales ont lancé un mouvement de grève générale de 72 heures par semaine, pour exiger le limogeage du commissaire de la ville de Cotonou et du préfet de l’Atlantique et du Littoral.

Les six séances de négociation entre centrales syndicales et médiateurs du gouvernement n’ont pas pu dénouer la crise, pas plus que la rencontre, cette semaine, du chef de l’Etat qui a présenté les excuses de la République aux syndicalistes. De cette ultime rencontre, il ressort que les ponctions opérées sur salaires pour fait de grève en 2012 seront restituées en tenant compte du respect du cadre macroéconomique retenu avec la mission du FMI lors de la dernière revue. Les centrales syndicales ont demandé à se référer à la base pour toute décision à prendre concernant la levée des motions de grève.

Pana 17/03/2014