AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Sam11012014

Last updateSam, 01 Nov 2014 1am

Articles

Guinée: Le perchoir de l'AN revient au RPG arc-en-ciel

Claude Kory Kondiano, membre du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG arc-en-ciel) au pouvoir en Guinée a été élu, ce lundi, pour un mandat de cinq ans à la tête de l’Assemblée nationale guinéenne, avec 64 voix contre 48 à l’issue du vote des 112 des 114 députés, a constaté la PANA.


Economiste de formation, âgé de 72 ans,  M. Kondiano était opposé à Mme Anne-Marie Tofany de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), chef de file de l’opposition, après le retrait de la candidature de l’ex-Premier ministre de la transition, Jean-Marie Doré, leader de l’Union pour le progrès de la Guinée (UPG) et doyen d’âge du Parlement.

Le député Lansana Kouyaté, ancien Premier ministre et leader du Parti de l’espoir et du développement national (PEDN) qui a mis à exécution sa menace de ne pas siéger, arguant ne pas reconnaitre les résultats des législatives du 28 septembre dernier pour cause de 'fraudes' et un autre élu étaient absents au moment du vote.

Le nouveau locataire du Palais du peuple (Assemblée nationale), sixième dans cette fonction depuis l’indépendance de la Guinée en 1958, succédera à El hadj Boubacar Biro Diallo et Aboubacar Somparé, tous deux de l’ex-parti au pouvoir, le Parti de l’Unité et du progrès (PUP) qui dirigeait le Parlement depuis 2002 jusqu'au coup d'Etat de 2008.

Le RPG, note-t-on, est crédité de 53 sièges, tandis que l’UFDG de l’ancien Premier ministre, Cellou Dalein Diallo, qui avait été choisi par ses pairs de l’opposition pour briguer le perchoir, a 37 sièges. Le leader de l’UFDG, de sources bien informées, s’est rétracté, préférant s’investir davantage dans la préparation de la présidentielle de 2015.

Après une concertation avec ses collègues élus, le nouveau président élu, Kondiano, également trésorier du parti au pouvoir, a renvoyé à mercredi prochain la mise en place complète du bureau de la nouvelle Assemblée nationale qui remplace ainsi le Conseil national de transition (CNT) qui officiait depuis 2008 à la suite du coup d’Etat survenu à l’issue du décès du président Lansana Conté.

Dans son message du nouvel an, le président Alpha Condé avait dit que la mise en place de la nouvelle Assemblée déplacerait les débats de la rue à l’hémicycle.

Sa mise en place avait débouché sur de nombreux affrontements entre militants de l’opposition et forces de l’ordre faisant des dizaines de morts dans les deux camps pour cause de nombreuses contestations de l’opposition, relatives à l’organisation du scrutin, reporté plusieurs fois.

Au total, rappelle-t-on, quinze partis politiques seront représentés dans la nouvelle Assemblée nationale contre trois lors de la dernière législature de 2002 qui avait été boycottée par la majorité des partis d'opposition.

Pana 14/01/2014