Actualités en ligne

Actualité & Information France Afrique

Sam12202014

Last updateVen, 19 Déc 2014 10pm

Articles

La Banque centrale débloque 178 millions de dollars pour sauver le Kwacha

La Banque centrale de la Zambie (Bank of Zambia, BOZ) a annoncé qu'elle va injecter 178 millions de dollars américains au marché des changes pour empêcher la dévaluation du Kwacha afin d'assurer la stabilité dudit marché.

Selon le Gouverneur de la Banque, Michael Gondwe, au 10 mars 2014, le Kwacha avait baissé de 7,8% par rapport au dollar américain et s'échangeait en moyenne à K5.9406 pour un dollar américain alors qu'il s'échangeait à K5.5126 par dollar à la clôture en décembre 2013.

M. Gondwe a ensuite déclaré que la monnaie locale a baissé par rapport à la livre sterling et à l'euro respectivement de 8,5 et 8,7%, soulignant que depuis le début de l'année 2014, les taux de change du Kwacha par rapport aux monnaies de ses principaux partenaires commerciaux ont affiché une tendance à la baisse.

'La Bank of Zambia va poursuivre son intervention dans le marché dans le but de réduire la volatilité et de constituer des réserves internationales', a déclaré aux journalistes, jeudi à Luzaka, le Gouverneur de la Banque.

'La croissance économique et l'intégration accrue de la Zambie dans l'économie mondiale implique que le développement de l'économie mondiale a eu un impact significatif sur les taux de change', a expliqué M. Gondwe.

Selon lui, la récente décision prise par le Conseil d'administration de la Réserve fédérale américaine, (US Federal Reserve Board) de réduire la quantité de liquidités en dollars américains fournis à travers son programme d'assouplissement quantitatif, a sérieusement affecté plusieurs marchés émergents, dont celui de la Zambie.

Le Gouverneur a, également attribué la dévalorisation du Kwacha à la chute des cours moyens du cuivre qui est passé de 7.010,0 la tonne à la clôture en février 2014 à 7.360,00 dollars américains, la tonne en décembre 2013.

'Cela a eu un impact négatif sur le Kwacha en raison de la forte corrélation entre les prix du cuivre et les sentiments du marché et les taux de change entre le dollar et le Kwacha', a-t-il expliqué.

M. Gondwe a indiqué que la chute des cours du cuivre est principalement due à la faible demande principalement de la Chine qui a une forte influence sur l'économie mondiale. Les cours modérés du cuivre ont, dans une certaine mesure, sapé l'optimisme des investisseurs.

'Dans le but de soutenir l'offre relativement limitée de change et la volatilité modérée sur le marché des changes, la Bank of Zambia a, à ce jour, vendu 178 millions sur le marché.

'L'éventuel impact de ces mesures relatives de resserrement est d'aider à réduire les niveaux de liquidités et dans une certaine mesure, atténuer les pressions des taux de change. Cela devrait, après tout, orienter l'évolution de l'inflation vers l'objectif de fin d'année de 6,5% et la croissance et les objectifs du gouvernement en matière d'emploi'.

En 2007, le Kwacha avait baissé de 7,2% par rapport  au dollar américain. Cela a joué, d'une part, sur les exportateurs de produits non traditionnels, en particulier les produits de la floriculture et de l'horticulture qui ne sont plus compétitifs.

D'autre part, la forte dépréciation a rendu chère les importations de biens d'équipement et est inflationniste.

M. Gondwe a fait remarquer que les récents développements dans les marchés de changes ont suscité des inquiétudes, non seulement de la Bank of Zambia, mais également du public en général et dans certains cas, cela a favorisé un comportement spéculatif et les achats dictés par la panique de devises étrangères exerçant une forte pression sur les taux de change.

'Les développements dans les marchés de change reflètent les réponses aux besoins en croissance et aux changements du pays dans le contexte international', a ajouté M.  Gondwe,
affirmant que les réserves internationales brutes ont baissé, passant de 2,751 milliards de dollars américains janvier, à 2,673 milliards de dollars américains en fin février 2014.

'La chute des réserves est principalement due aux ventes de devises dans le but de soutenir le marché et les paiements relatifs aux achats de pétrole', a déclaré M. Gondwe.

Pana 14/03/2014