AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Mer10222014

Last updateMer, 22 Oct 2014 8am

Articles

Formation sur les armes légères et de petit calibre

La CEDEAO forme des journalistes sénégalais sur les armes légères et de petit calibre - Une trentaine de journalistes sénégalais ont entamé mardi à Dakar, un atelier de trois jours sur la sensibilisation et le renforcement des capacités des médias sur la circulation des armes légères et de petit calibre (ALPC), à l’initiative de la Commission de la CEDEAO et du ministère des Forces armées du Sénégal.

A cette occasion, le directeur de cabinet du ministre des Forces armées, Dame Diouf, a relevé que le concours des journalistes sera sans faille dans la mise en œuvre du plan national d’action pour l’éradication de toute utilisation abusive d’armes légères et de toute institutionnalisation de la violence armée par les groupes de malfaiteurs encore inconscients.

Présidant la cérémonie officielle d'ouverture de cet atelier qui prend fin jeudi prochain, M. Diouf a salué le rôle et la portée des menées au niveau de la justice, de la police, de la gendarmerie et de la société civile. 'Cet engagement est également attendu des journalistes qui sont invités, à leur tour, à redoubler d’effort pour un meilleur bilan du combat contre les ALPC', a-t-il dit.

'L’intérêt particulier que nous pouvons tirer du corps socioprofessionnel que représente le monde des journalistes, c’est cette facilité de toucher le plus grand public dans la sensibilisation sur les effets néfastes des ALPC', a indiqué M. Diouf, estimant qu’il s’agit au bout du compte de tirer le maximum de connaissances pour la vulgarisation auprès des populations non encore averties des effets pernicieux des ALPC.

Le secrétaire permanent de la Commission nationale sur les armes légères (COMNAT) du Sénégal, le colonel Wagane Faye, a, pour sa part, rappelé un engagement commun au niveau de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), invitant ainsi les médias à prendre le train en marche pour renforcer le cadre de la lutte contre les ALPC.

'La communauté internationale, les organisations sous-régionales et les organisations de la société civile ont lancé une grande offensive contre ce fléau dont les conséquences dramatiques menacent la paix, la sécurité, ainsi que le développement économique et social', a prévenu cet officier supérieur de gendarmerie, qui préside depuis un an la Commission sénégalaise.

A cet égard, le colonel Faye a expliqué que la COMNAT envisage, de concert avec la CEDEAO, d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie de communication et de sensibilisation du grand public, en s’appuyant sur les journalistes pour faire passer des messages sur les risques liés à la possession et à l’utilisation illicites des armes.

Soulignant que la prolifération des ALPC est un fléau qui engendre des effets dévastateurs sur la vie, la santé des populations et le développement économique et social, le colonel Faye a fait remarquer qu'elle est la cause de l’instabilité et de l’exacerbation des conflits, surtout en Afrique de l’Ouest, précisant qu'elle nuit au respect du droit international humanitaire et profite au terrorisme et à la criminalité.

Au Sénégal, la COMNAT est dotée d’un budget de fonctionnement de 40 millions de F Cfa, auquel s’ajoute un appui de la CEDEAO de l’ordre de 40.000 dollars américains, alors que son plan d’action national pour les cinq prochaines années est estimé à 4 milliards de F Cfa en vue de réaliser 65 activités durant cette période.

'L’une des raisons de la prolifération des ALPC, c’est que la loi n’est pas connue. Aujourd’hui, la Commission gagne en visibilité et son travail sera notamment de faire connaître la loi sur ces armes', a précisé le secrétaire permanent de la COMNAT du Sénégal.

Il a annoncé à cet effet, un projet de révision de ladite loi pour rendre ses sanctions plus sévères et l’acquisition des ALPC plus contraignante.

Cependant, la Commission devra travailler à pérenniser la composition de son équipe, souvent affectée par la mobilité de ses membres avec les mutations du personnel dans l’administration publique. 'Ces mouvements provoquent un éternel recommencement pour mettre au point une équipe capable de suivre la mise en oeuvre du plan national d’action sur les ALPC', a-t-il déploré.

Au Sénégal, le Mouvement contre les armes légères en Afrique de l'Ouest/Sénégal (MALAO) situe la prolifération des ALPC en Casamance, dans le Sud où sévit un conflit armé depuis 30 ans, à Touba (Centre), dans la zone sylvo-pastorale du Ferlo (Nord) et à Dakar.

La porosité des frontières et les déficits structurels de l’Etat en matière de paix et de sécurité soulèvent des inquiétudes quant à la gestion des stocks d’ALPC, à la réhabilitation des armureries, à l’informatisation des registres, au marquage des armes pour leur assurer une traçabilité certaine.

Pana 12/03/2014