AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Mar09162014

Last updateLun, 15 Sep 2014 10pm

Retard dans la publication du projet de Constitution en Zambie

Le retard accusé par le gouvernement zambien dans la publication du projet de Constitution a fait monter la tension dans le pays et tous les regards sont actuellement tournés vers le Parlement pour qu'il s'investisse en vue de sortir le pays de l'impasse.

La tension a commencé à monter récemment lorsque les membres de l'opposition au Parlement, (Members of Parliament, MPs) ont perturbé les activités parlementaires pendant deux jours, exigeant que le Parlement tranche la question de la procédure d'élaboration de la Constitution.

Face à cette situation, le président de l'Assemblée nationale, Patrick Matibin, a convoqué une réunion à huis-clos avec les représentants du  gouvernement et de l'opposition afin d'aplanir les divergences relatives à la procédure de rédaction de la Constitution.

Désapprouvant l'information livrée sur la procédure au Parlement, le ministre de la Justice, Wynter Kabimba, a fait savoir devant la Chambre, que le retard accusé dans la publication du projet de Constitution incombe à la Commission technique.

Selon lui, la Commission technique a remis le projet au Parlement au lieu de le déposer au Bureau du président qui est l'autorité investie à cet effet.

Pour ce faire, M. Kabimba a indiqué s'être entretenu avec le Président de la République, Michael Sata, en vue du transfert du projet à la Commission technique.

La société civile et l'Association des juristes de la Zambie, (Law Association of Zambia, LAZ) ont soutenu l'action des parlementaires de l'opposition consistant à perturber les activités de l'institution.

'La Law Association of Zambia' se félicite des exigences formulées par les parlementaires relatives à la rédaction d'une Constitution qui tienne compte des réalités des populations, après les propos du ministre de la Justice sur l'état de la procédure d'élaboration de la Constitution au Parlement.

'Nous sommes d'avis que la déclaration du ministre ne tranche pas la question, étant donné que le président de la république a affirmé n'avoir pas besoin d'une nouvelle Constitution', a souligné le président de la LAZ, James Banda.

Prévenant que tant que le président et son gouvernement continueront de banaliser cette question, ils 'devraient s'attendre à une montée de tension de la part de tous les Zambiens responsables qui ne réclament que ce à quoi ils ont droit' a dit M. Banda

La Coalition de la société civile pour la Constitution a, également, salué la décision prise par les parlementaires de l'opposition qui exigent du Parlement que la question de la nouvelle Constitution soit réglée définitivement par le gouvernement.

La Vice-présidente de la Coalition, Judith Mulenga, a estimé qu'il est normal que le président Sata publie le projet de Constitution parce que les Zambiens sont fatigués des propos malveillants relatifs au document.

Comme solution à cette question, le Parti uni pour le développement national de l'opposition, (United Party for National Development, UPND), qui avait envisagé l'organisation de manifestations publiques pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il publie le projet de Constitution, n'a pas reçu l'autorisation de la police.

Les jeunes de la province de Lusaka ont, par contre, menacé de prendre d'assaut le Parlement et d'affronter les parlementaires de l'opposition s'ils persistent à exiger une nouvelle Constitution.

Le ministre de la Défense, Edgar Lungu, a fait monter une fois de plus la tension en déclarant que les soldats seront déployés au Parlement si les parlementaires de l'opposition continuent d'exiger une nouvelle Constitution.

Pana 12/03/2014