AfriqueJet Actualités

Actualité & informations - Actualités Africaines

Mar07222014

Last updateMar, 22 Juil 2014 8am

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Sud Un règlement intérieur pour l'Assemblée constituante tanzanienne

Un règlement intérieur pour l'Assemblée constituante tanzanienne

L'Assemblée constituante, qui rédige la nouvelle Constitution tanzanienne, a adopté son règlement intérieur après trois semaines de querelles et d'interruptions bruyantes qui ont parfois fait le désespoir du public qui suivait ces débats.

'Aujourd'hui, nous avons terminé notre première tâche en adoptant le règlement intérieur de l'Assemblée constituante' a annoncé mardi son président par intérim, Pandu Ameir Kificho, après la clôture de la séance préliminaire.

En procédant à la suspension de la séance, M. Kificho a annoncé que l'ordre du jour de mercredi commencerait par l'élection du président de l'Assemblée.

Selon la convention des membres de l'Assemblée, si le président élu est de la Tanzanie continentale, le vice-président doit venir des îles de Zanzibar ou vice-versa.

'Après l'élection du président, l'Assemblée va élire son vice-président en se conformant au principe de la parité hommes-femmes', a indiqué M. Kificho, ce qui veut dire que les deux postes doivent être occupés par un homme et une femme.

D'autre part, la Coalition tanzanienne des défenseurs des droits de l'Homme (THRDC) a imputé à la composition de l'Assemblée constituante la responsabilité du chaos qui a marqué son fonctionnement ces trois dernières semaines.

'Nous avons assisté à une rivalité politique depuis que les membres de l'Assemblée sont rassemblés à Dodoma, la capitale tanzanienne. Chaque groupe ou parti a tenté de montrer à l'autre lequel était le plus puissant', a indiqué le coordonnateur du THRDC, Onesmo Olengurumwa.

D'après certains militants des droits de l'Homme en Tanzanie, 'la grande erreur' a été la décision prise par les autorités de réunir 201 candidats à la présidence avec plus de 400 hommes politiques représentant le Parlement de l'Union et l'Assemblée des Représentants de Zanzibar.

Selon M. Olengurumwa, 75 pour cent des membres de l'Assemblée sont des politiciens qui n'ont aucune légitimité pour représenter les Tanzaniens dans le cadre du processus de rédaction de la Constitution, car ils n'ont pas été élus à cette fin.

Bien que n'ayant pas été directement nommés à l'Assemblée par le public, les candidats à sa présidence sont issus de divers groupes d'intérêt pour représenter les agriculteurs, les éleveurs, les institutions d'Enseignement supérieur, les obédiences religieuses, les syndicats et les personnes handicapées.

Pana 12/03/2014