AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Mer10222014

Last updateMer, 22 Oct 2014 8pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique du Nord Vente de pétrole par les milices libyennes

Vente de pétrole par les milices libyennes

La vente du pétrole libyen en dehors des services de l'Etat est illégale, selon l'ONU - Les Nations unies ont sévèrement critiqué la démarche de certaines milices libyennes de l'Est du pays tendant à vendre le pétrole à leur compte, en dehors des services légaux de l'Etat et ont qualifié d''illégale' la tentative du pétrolier nord-coréen déjouée lundi par la Marine libyenne.

Cette position de l'organisation internationale a été exprimée lundi lors de la réunion du Conseil de sécurité à New-York au cours de laquelle, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en Libye, Tarek Mitri, a présenté un rapport sur la situation dans ce pays d'Afrique du Nord.

Il a indiqué, à cette occasion, que le 8 mars dernier, un navire nord-coréen, le 'Glory Morning' a chargé le pétrole en accord avec des groupes armés qui occupent, depuis de longs mois, un certain nombre de champs pétroliers dans l'Est de la Libye.

Selon lui, ce procédé est illégal et viole la souveraineté de la Libye sur ses ports et ses ressources naturelles.

Des forces de l'Armée libyenne, appuyées par des ex-rebelles ont pris, lundi soir le contrôle du navire pétrolier nord-coréen qui était entré dans les eaux territoriales libyennes sans autorisation préalable des autorités du pays, rappelle-t-on.

L'Agence de presse libyenne a rapporté, citant une source militaire de haut niveau, qu'il était lundi soir en train d'être conduit du terminal d'al-Sedra, où il avait accosté, vers le port de Kasser Ahmed de Misrata, à 200 km à l'est de Tripoli.

Par ailleurs, M. Mitri a indiqué que la situation sécuritaire continuait à se dégrader en Libye et qu'aucun progrès n'a été enregistré dans l'intégration des éléments des unités armées dans l'Armée nationale et dans la Police dans un contexte de prolifération des armes toujours non récupérées des groupes armés.

Le renforcement des capacités de l'Etat pour lui permettre de prendre en charge ses responsabilités sécuritaires est bloqué par l'absence d'un accord politique sur la reconstruction de l'Armée nationale, la réintégration des ex-rebelles et la récupération des armes en circulation dans le pays, a expliqué Tarek Mitri, ajoutant que la solution nécessite une stratégie claire avec des garanties pour les ex-rebelles sur la préservation de leurs droits et intérêts légaux.

Il a enfin insisté sur l'importance d'apporter un soutien international coordonné à la Libye, soulignant toutefois que cet appui ne peut être efficace que lorsqu'il est accompagné d'un engagement fort et d'une volonté politique réelle des dirigeants libyens à régler les principaux problèmes par le dialogue.

Pana 12/03/2014