AfriqueJet News & Informations

Actualités France | News et informations du jour Afrique

Jeu10232014

Last updateMer, 22 Oct 2014 8pm

Back Information News Afrique Ouest Actualités Afrique Centrale Le Cameroun vise sa sécurité interne

Le Cameroun vise sa sécurité interne

Sécurité- Dans un entretien avec la PANA, le professeur Manassé Aboya Endong, politologue et vice-doyen à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Douala, a relevé que la participation du Cameroun aux opérations de maintien de la paix en Afrique vise tout d'abord sa propre sécurité au regard de sa proximité géographique avec nombre de foyers de tension.


Le Pr Manassé Aboya Endong pense que la participation du Cameroun aux missions de maintien de la paix en Afrique est difficile à juger de façon caricaturale, étant donné que le maintien de la paix fait appel à 'des situations de prévention, de rétablissement de la paix, d'imposition de la paix ou de consolidation de la paix'. Aussi conclut-il que l’action  du Cameroun dans les opérations de maintien de la paix en Afrique est dynamique.

Pour expliquer ce qui sous-tend cette place du Cameroun dans les opérations de maintien de la paix en Afrique, le politique explique que: 'dans la participation du Cameroun, on ne saurait éluder les arguments d'ordre militaire et stratégique, à défaut d’évoquer des enjeux de prestige et de rayonnement international qui militent manifestement en faveur de la mobilisation des militaires camerounais dans le chantier du maintien de la paix en Afrique'. En effet, poursuit-il, 'il ne faut jamais perdre de vue le principe de l’interdépendance des Etats, notamment le fait que le Cameroun ne peut se soustraire de la communauté internationale pour laquelle il est un des maillons actifs, étant aussi bien membre de l’ONU, de l’UA, de la CEMAC, etc. Pris dans ce sens, la participation du Cameroun aux missions de maintien de la paix vise tout d'abord sa propre sécurité au regard de sa proximité géographique avec nombre de foyers de tension, en prévention à une éventuelle expansion régionale de ces conflits, bien qu’initialement circonscrits à un niveau national'.

Revenant sur l’expérience acquise durant ces participations, le politologue estime que prendre part aux missions de maintien de la paix aide le pays à forger une image internationale à ses forces de défense. Compte tenu de  l’environnement international, généralement marqué par le renouveau de la Bonne gouvernance, Aboya Endong trouve que 'cette participation contribue à forger en ces contingents mobilisés, des valeurs de rectitude morale, de transparence et de désintéressement dans l'accomplissement des missions. De même que cette expérience aide les soldats à devenir aguerris, ayant manifestement bravé la mort après les combats. Non sans devenir des professionnels opérationnels'.

Pour les retombée en termes de notoriété et d’argent, le doyen de faculté indique que s'agissant particulièrement du Cameroun, on peut tout au moins indiquer les retombées, en termes de notoriété, dans ses relations avec l'Union africaine. 'En effet, lorsqu’on se réfère par exemple aux notes verbales adressées à l'ambassade du Cameroun à Addis-Abeba, voire à d’autres notes de ce poste diplomatique transmises au ministère des Relations extérieures, il se traduit une grande satisfaction de l'organisation panafricaine sur la qualité des ressources humaines mises à sa disposition par le Cameroun dans les missions de maintien de la paix', a-t-il souligné.

Il précise que lesdites notes verbales mettent particulièrement en relief les compétences des officiers supérieurs camerounais affectés dans les structures d'état-major des différentes missions de maintien de la paix. Ces compétences ont à cet égard souvent valu au pays d'être honoré en qualité de seul Etat autorisé à soumissionner pour certains appels à candidature à des postes réservés aux officiers supérieurs d'état-major pour certaines missions internationales de maintien de la paix sur le continent.

'Du point de vue financier, cela va de soi que lorsqu’on agit sous le couvert des Nations unies ou de l’Union africaine, les retombées financières sont évidentes, ne serait-ce que pour la couverture ou le remboursement de la logistique de soutien aux opérations', fait observer le professeur Manassé Aboya Endong.

Pana 10/03/2014